Airbus baisse encore en Bourse, le groupe cherche à rassurer

jeudi 11 décembre 2014 15h04
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - L'action d'Airbus Group poursuivait sa baisse jeudi au lendemain de perspectives jugées décevantes pour 2015 et 2016 que le groupe a de nouveau cherché à minimiser en précisant qu'il ne s'agissait que d'une tendance et en réaffirmant sa promesse d'une hausse des bénéfices à partir de 2017.

La maison mère du constructeur aéronautique européen a déclaré mercredi anticiper un Ebit avant exceptionnels stable en 2016 par rapport à 2015, alors que le consensus cité par les analystes prévoyait une hausse de 8-9% aux environs de 4,7 milliards d'euros, entraînant ainsi une chute de plus de 10% du titre, la plus forte en six ans.

La tendance se poursuivait jeudi, avec un recul de 5,72% à 40,70 euros vers 14h15, le titre accusant pour la deuxième séance d'affilée la plus forte baisse du CAC 40, et portant son recul depuis le début de l'année à 27% après un bond de 89% en 2013.

Le directeur financier Harald Wilhelm a tenté de convaincre les investisseurs que le groupe d'aérospatiale et de défense n'avait fourni qu'une indication pour 2016 et rien d'autre, en conclusion d'une présentation de deux jours aux investisseurs organisée à Londres et retransmise en partie sur internet.

"Pour 2016, ce n'est pas une prévision. Nous sommes à la fin de 2014 et il y a de nombreux paramètres sur lesquels nous travaillons", a-t-il dit. "Ce que nous vous donnons est une tendance et l'attention s'est cristallisée hier sur 2016".

L'Ebit avant exceptionnels, prévu pour connaître une croissance modérée en 2014 comparé aux 3,6 milliards de 2013, devrait de nouveau augmenter en 2015. Après une stabilité en 2016, Airbus Group envisage de nouveau une progression en 2017, qui devrait s'accélérer à partir de 2018.

Les cessions non seulement envisagées mais déjà engagées, voire exécutées, dans les deux ans à venir contribueront à l'accélération de la croissance du bénéfice par action et à la génération de cash, a également fait valoir Harald Wilhelm.

"Certaines anticipations pour 2016 - la nôtre incluse - pourraient ne pas avoir suivi l'évolution de la situation et s'être avérées trop élevées, ce qui n'est pas la faute d'Airbus", reconnaît Jefferies dans une note.   Suite...

 
L'action d'Airbus Group poursuit sa baisse jeudi au lendemain de perspectives jugées décevantes pour 2015 et 2016 que le groupe a de nouveau cherché à minimiser en précisant qu'il ne s'agissait que d'une tendance et en réaffirmant sa promesse d'une hausse des bénéfices à partir de 2017. /Photo d'archhives/REUTERS/Régis Duvignau