Aston Martin compterait lever des fonds pour élargir sa gamme

jeudi 11 décembre 2014 09h11
 

par Laurence Frost et Costas Pitas

PARIS/LONDRES (Reuters) - Aston Martin se prépare à lever de nouveaux fonds pour élargir sa gamme à des types de voitures inédits pour lui et tenter d'accélérer son redressement sous la houlette de son nouveau directeur général Andy Palmer, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.

Le constructeur britannique de voitures de sport de luxe, toujours déficitaire, prévoit d'émettre de nouvelles actions ou obligations et de prolonger de trois ans, à 2020, son plan de restructuration en cours afin d'ajouter à son catalogue des crossover/4X4, la silhouette en vogue à l'heure actuelle, des berlines quatre portes et des motorisations hybrides.

"C'est une expansion de la gamme actuelle de modèles", a indiqué une des sources.

A l'écran marque favorite de James Bond depuis les années 1960, Aston Martin reste un tout petit challenger dans l'industrie automobile britannique haut de gamme toujours dominée par Jaguar Land Rover, propriété de l'indien Tata. Les deux groupes sont voisins dans le paisible village de Gaydon, dans la campagne anglaise du Warwickshire.

Malgré la notoriété de ses bolides "grand tourisme" à plus de 100.000 euros, Aston Martin souffre d'une gamme vieillissante et d'un déficit d'investissement. Avec seulement 4.200 livraisons l'an dernier, contre 7.300 en 2007, avant la crise, le groupe a largement raté le boom du marché mondial de l'automobile premium, qui a presque doublé de taille en cinq ans.

JUSQU'À 200 MILLIONS D'EUROS

Pour y remédier, le groupe examine actuellement plusieurs options pour financer un plan stratégique plus ambitieux, ont indiqué les sources, et réfléchit à la manière d'optimiser son besoin en fonds de roulement grâce à une gestion plus efficace de ses stocks de véhicules et de composants.   Suite...

 
Aston Martin se préparerait à lever de nouveaux fonds pour élargir sa gamme à des types de voitures inédits pour lui et tenter d'accélérer son redressement sous la houlette de son nouveau directeur général Andy Palmer. /Photo d'archives/REUTERS/Danish Siddiqui