Airbus dévisse en Bourse sur des prévisions décevantes

mercredi 10 décembre 2014 18h39
 

PARIS (Reuters) - Airbus Group a plongé en Bourse mercredi en raison de la déception causée par les prévisions fournies aux investisseurs par la maison mère d'Airbus pour les années à venir.

Le groupe d'aérospatiale et de défense a dit anticiper un bénéfice d'exploitation avant exceptionnels stable en 2016 par rapport à 2015, contre une croissance de plus de 8% anticipée par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Lors du Global Investor Forum du groupe organisé à Londres et retransmis sur internet, le directeur financier Harald Wilhelm a en outre estimé que le cash-flow d'Airbus Group devrait afficher un solde négatif en 2015.

Il a notamment invoqué le coût du développement du nouveau long-courrier A350, dont la livraison du premier exemplaire prévue samedi à Qatar Airways a été reportée à une date non communiquée, probablement d'ici la fin du mois.

L'action a perdu 10,42% à 43,175 euros, après un plus bas à 42,51 euros, accusant sa plus forte baisse sur une séance depuis le 11 juillet 2008, il y a plus de six ans, et ramenant sa capitalisation boursière à 33,9 milliards d'euros.

Airbus Group a ainsi vu s'évaporer 3,94 milliards d'euros de capitalisation boursière, soit environ la valeur d'une douzaine d'A380 aux prix catalogue.

"Le mouvement reflète l'ajustement du marché aux nouvelles perspectives, mais il est clairement exagéré", a déclaré un trader à Paris. "On parle quand même d'Airbus et, à mon avis, le titre ne devrait pas tarder à rebondir dans les jours qui viennent, car à ce niveau-là c'est clairement une opportunité d'achat."

L'action a perdu 22,6% depuis le début de l'année, mais elle avait bondi de 89% en 2013.

  Suite...

 
Airbus Group a plongé en Bourse mercredi en raison de la déception causée par les prévisions fournies aux investisseurs par la maison mère d'Airbus pour les années à venir. L'action a perdu 10,42% sur la séance, représentant 3,94 milliards d'euros de capitalisation boursière évaporée, soit environ la valeur d'une douzaine d'A380 aux prix catalogue. /Photo prise le 4 décembre 2014/REUTERS/Régis Duvignau