La loi Macron naît dans la douleur

mercredi 10 décembre 2014 16h52
 

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Manuel Valls est monté en première ligne mercredi pour défendre le projet de loi sur la croissance et l'activité, conçu pour augmenter le potentiel de l'économie française, face aux critiques parfois vives émanant du camp socialiste.

Au même moment, des milliers de professionnels du droit défilaient à Paris pour protester contre ce texte qui modifie les conditions de tarification et d'accès à leurs métiers.

Les syndicats sont également vent debout contre des dispositions du projet qui encourt en outre sur certains points un risque d'inconstitutionnalité soulevé par le Conseil d'Etat.

Le Premier ministre, qui s'exprimait devant la presse à l'issue du conseil des ministres, a reconnu que le texte, une "loi de liberté et de progrès", pouvait "bouleverser des habitudes, des intérêts particuliers ou des corporatismes".

Mais il s'est dit certain qu'il trouverait une majorité au Parlement après des débats qui permettront d'améliorer et d'enrichir son contenu.

Bien que l'exécutif s'en défende, le projet de loi, dont les grandes lignes avaient été dévoilées au mois d'octobre, apparaît comme la réponse du gouvernement aux recommandations préconisées de longue date à la France par la Commission européenne et les autres organisations internationales.

L'exécutif européen a fait savoir qu'il serait très attentif à ces réformes jugées nécessaires pour doper le potentiel de croissance de l'économie quand il rendra début mars son verdict sur la France, menacée de sanctions inédites pour non respect des règles budgétaires communes.

Examiné au Parlement fin janvier, le projet de loi porté par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, intègre de nombreux sujets, dont celui, très critiqué à gauche et chez les syndicats, d'extension de l'ouverture des commerces le dimanche.   Suite...

 
Face aux critiques parfois vives émanant du Parti socialiste, Manuel Valls est monté en première ligne mercredi pour défendre le projet de loi sur la croissance et l'activité,, porté par son ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, et conçu pour augmenter le potentiel de l'économie française. /Photo prise le 10 décembre 2014/REUTERS/Lionel Bonaventure/Pool