Manuel Valls mobilise son gouvernement pour porter la loi Macron

mercredi 10 décembre 2014 15h25
 

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a inscrit mercredi la loi Macron sur la croissance et l'activité dans un vaste programme de réformes qu'il entend poursuivre dans le double but de mobiliser sa majorité rétive et de rassurer la Commission européenne sur sa détermination.

Sous les ors républicains mais en l'absence de François Hollande qui venait de présider le conseil des ministres, le chef du gouvernement s'est exprimé dans un format inédit basé sur le collectif, entouré d'une dizaine de ministres liés à la loi préparée par leur collègue de l'Economie, Emmanuel Macron.

Pendant près d'une heure, il s'est évertué dans ce "grand oral" à élargir le débat pour expliquer les enjeux d'un projet "qui s'inscrit pleinement dans notre programme de réformes".

Il a transmis le message présidentiel sur cette "loi de liberté et de progrès", reconnaissant lui-même qu'elle pouvait "bouleverser des habitudes, des intérêts particuliers ou des corporatismes".

Manuel Valls a alterné les prises de parole avec le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qui a joué la carte du pragmatisme, repoussant par exemple toute idée de "débat idéologique" sur la délicate question du travail du dimanche.

Dans l'esprit de Manuel Valls, la loi s'inscrit dans la lignée des réformes engagées sur la modernisation du marché du travail ou le dialogue social, et en annonce d'autres.

"Il faut lutter plus efficacement encore contre le travail illégal et notamment les fraudes au détachement qui faussent la concurrence et minent notre modèle social", a-t-il déclaré, annonçant une réunion sur le sujet le 15 janvier prochain à Matignon, en présence des partenaires sociaux.

Rappelant le souci constant d'agir pour la compétitivité et l'emploi, sur lequel il sait que son gouvernement sera jugé en priorité, il a rappelé qu'une nouvelle convention de l'assurance-chômage devrait être négociée d'ici mi-2016 "selon le calendrier fixé par les partenaires sociaux".

  Suite...

 
Sous les ors républicains mais en l'absence de François Hollande, Manuel Valls a inscrit mercredi la loi Macron sur la croissance et l'activité dans un vaste programme de réformes qu'il entend poursuivre dans le double but de mobiliser sa majorité rétive et de rassurer la Commission européenne sur sa détermination. /Photo prise le 10 décembre 2014/REUTERS/Lionel Bonaventure/Pool