8 décembre 2014 / 07:18 / il y a 3 ans

Saint-Gobain veut contrôler le chimiste Sika, qui proteste

Saint-Gobain veut acquérir la holding de contrôle de Sika pour 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d'euros), mais le chimiste suisse se dit très hostile à l'opération. /Photo prise le 8 décembre 2014/REUTERS/Jacky Naegelen

PARIS/ZURICH (Reuters) - Saint-Gobain a annoncé lundi un projet d‘acquisition de la holding de contrôle de Sika pour 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d‘euros), mais le chimiste suisse s‘est déclaré très hostile à l‘opération.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction, qui a également annoncé l‘enclenchement du processus de vente du reste de Verallia, son activité de conditionnement en verre, a signé avec la famille Burkard-Schenker, actionnaire de contrôle de Sika, le rachat des 16,1% du capital qu‘elle détient et de 52,4% des droits de vote associés.

Sika, basé à Baar, au sud de Zurich, est le leader mondial de la chimie de la construction. Spécialiste de l‘étanchéité, de l‘insonorisation et des adhésifs pour applications industrielles, il emploie 16.000 personnes pour un chiffre d‘affaires annuel d‘environ 4,3 milliards d‘euros.

“Après acquisition, le groupe Saint-Gobain pourra consolider Sika par intégration globale dans ses comptes avec un impact positif sur le résultat net dès la première année”, dit le groupe français dans un communiqué, ajoutant qu‘il n‘a pas l‘intention de procéder à une OPA sur la totalité du capital.

Le chimiste a répondu qu‘il ne soutenait par ce changement de contrôle, et que son conseil et sa direction “n‘avaient été ni impliqués, ni consultés en rapport avec le projet de transaction”. Dans un communiqué, le groupe suisse ajoute que les membres du conseil sans lien avec la famille Burkard, et la direction du groupe ont décidé de démissionner après la clôture de l‘opération.

A 13h50, l‘action Saint-Gobain perdait 6% à 35 euros, plus forte baisse de l‘indice SBF 120 (-0,7%).

“De prime abord, l‘opération surprend malgré l‘attractivité de l‘activité de Sika et les synergies potentielles”, commente un trader en poste à Paris. “L‘opération est coûteuse, rejetée par le conseil de Sika, qui devrait partir, ce qui soulève des questions sur le processus d‘intégration.”

“Quant à Verallia, le processus de vente est dans les tuyaux depuis toujours”, ajoute-t-il.

A Zurich, l‘action Sika chutait à mi-journée de près de 19%.

Le prix obtenu par la famille Burkard, l‘une des plus riches de Suisse, pour la vente de ses actions préférentielles, représente une prime de 80% sur le cours de clôture de Sika vendredi.

SAINT-GOBAIN “SURPRIS”

En Suisse, les sociétés de conseil aux actionnaires critiquent depuis longtemps le régime des droits de vote dont jouit la famillle Burkard, estimant qu‘il nuit à l‘intérêt que les autres investisseurs peuvent avoir dans l‘action Sika.

Le PDG de Saint-Gobain s‘est dit néanmoins surpris de la réaction de Sika.

“Nous avons eu des discussions très constructives, notamment avec le ‘CEO’ et le ‘chairman’, sur le projet industriel que nous pouvions avoir en commun”, a dit Pierre-André de Chalendar, lors d‘une téléconférence de presse. “Nous devions poursuivre ces discussions dimanche, et nous avons donc été extrêmement surpris d‘un revirement d‘attitude au cours du week-end, que nous avons appris hier soir.”

Le président de Sika, Paul Johann Haelg, a déclaré de son côté au cours d‘une conférence de presse que la proposition de Saint-Gobain “n‘était pas dans l‘intérêt de Sika et de ses actionnaires publics”.

Wendel, principal actionnaire de Saint-Gobain, n‘a pas fait de commentaire sur ces réactions mais a dit soutenir pleinement les projets annoncés. “Il s‘agit de rehausser le potentiel de croissance organique de Saint-Gobain, d‘accélérer son développement dans les zones émergentes et de renforcer le groupe dans des activités à forte innovation et à moindre intensité capitalistique”, a déclaré une porte-parole.

Saint-Gobain entend accélérer ainsi son repositionnement sur les solutions pour l‘habitat et l‘industrie, et attend du rapprochement avec Sika 100 millions d‘euros de synergies dès 2017, puis 180 millions à partir de 2019.

Il vise le même objectif stratégique en enclenchant la vente du reste de Verallia, qu‘il compte boucler comme Sika d‘ici l‘été 2015. La division a réalisé l‘an dernier un chiffre d‘affaires de 2,4 milliards d‘euros.

Avec Katharina Bart à Zurich, Blaise Robinson, Matthieu Protard et Natalie Huet à Paris, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below