Saint-Gobain veut contrôler le chimiste Sika, qui proteste

lundi 8 décembre 2014 18h12
 

par Gilles Guillaume et Oliver Hirt

PARIS/ZURICH (Reuters) - Saint-Gobain a annoncé lundi un projet d'acquisition de la holding de contrôle de Sika pour 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d'euros), mais le chimiste suisse s'est déclaré très hostile à l'opération.

Le numéro un mondial de la production, transformation et distribution de matériaux de construction, qui a également annoncé l'enclenchement du processus de vente du reste de Verallia, son activité de conditionnement en verre, a signé avec la famille Burkard-Schenker, actionnaire de contrôle de Sika, le rachat des 16,1% du capital qu'elle détient et de 52,4% des droits de vote associés.

Sika, basé à Baar, au sud de Zurich, est le leader mondial de la chimie de la construction. Spécialiste de l'étanchéité, de l'insonorisation et des adhésifs pour applications industrielles, il emploie 16.000 personnes pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 4,3 milliards d'euros.

"Après acquisition, le groupe Saint-Gobain pourra consolider Sika par intégration globale dans ses comptes avec un impact positif sur le résultat net dès la première année", dit le groupe français dans un communiqué, ajoutant qu'il n'a pas l'intention de procéder à une OPA sur la totalité du capital.

Le chimiste a répondu qu'il ne soutenait par ce changement de contrôle, et que son conseil et sa direction "n'avaient été ni impliqués, ni consultés en rapport avec le projet de transaction". Dans un communiqué, le groupe suisse ajoute que les membres du conseil sans lien avec la famille Burkard, et la direction du groupe ont décidé de démissionner après la clôture de l'opération.

A 13h50, l'action Saint-Gobain perdait 6% à 35 euros, plus forte baisse de l'indice SBF 120 (-0,7%).

"De prime abord, l'opération surprend malgré l'attractivité de l'activité de Sika et les synergies potentielles", commente un trader en poste à Paris. "L'opération est coûteuse, rejetée par le conseil de Sika, qui devrait partir, ce qui soulève des questions sur le processus d'intégration."

"Quant à Verallia, le processus de vente est dans les tuyaux depuis toujours", ajoute-t-il.   Suite...

 
Saint-Gobain veut acquérir la holding de contrôle de Sika pour 2,75 milliards de francs suisses (environ 2,3 milliards d'euros), mais le chimiste suisse se dit très hostile à l'opération. /Photo prise le 8 décembre 2014/REUTERS/Jacky Naegelen