L'emploi reste en hausse aux USA, le taux de chômage tombe à 5,8%

vendredi 7 novembre 2014 16h23
 

par Lucia Mutikani

WASHINGTON (Reuters) - L'économie américaine a continué à créer des emplois à un rythme relativement soutenu en octobre et permis au taux de chômage de revenir à son plus bas niveau en six ans, illustrant ainsi sa capacité de résistance au ralentissement de la croissance mondiale.

Le département du Travail a fait état de 214.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier, un chiffre légèrement inférieur aux attentes des économistes interrogés par Reuters qui prévoyaient en moyenne 231.000 créations, montrent les statistiques officielles publiées vendredi.

Le taux de chômage est revenu à 5,8%, son plus bas niveau depuis juillet 2008, après 5,9% en septembre, malgré l'arrivée de nouvelles personnes sur le marché du travail, signe de vigueur du marché. Les économistes tablaient sur un taux inchangé.

Parallèlement, les créations d'emplois ont été revues en hausse pour les deux mois précédents, de 31.000 au total, à 256.000 pour septembre (contre 248.000 en première estimation) et 203.000 pour août (contre 180.000).

"Tout cela montre que les Etats-Unis peuvent maintenir une croissance assez forte, même en cas de ralentissement dans des régions comme la Chine et la zone euro", souligne Jeff Greenberg, économiste chez JPMorgan Private Bank à New York.

Le nombre des créations d'emploi a été supérieur à 200.000 au cours de chacun des neuf derniers mois, du jamais vu depuis 1994. Ce niveau semble suffisant pour assurer le maintien d'une croissance soutenue, après celle de 3,5% en rythme annualisé enregistrée au troisième trimestre.

Ce niveau relativement élevé de créations d'emploi est aussi le signe que la sous-utilisation du marché du travail se résorbe progressivement.

  Suite...

 
L'économie américaine a créé un peu moins d'emploi que prévu en octobre et le taux de chômage a légèrement diminué à 5,8%, un nouveau plus bas de six ans, selon les chiffres du département du Travail. /Photo d'archives/REUTERS/Shannon Stapleton