Atos vise 5% de croissance en 2014

vendredi 7 novembre 2014 09h03
 

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Atos a annoncé vendredi viser une hausse 5% de son chiffre d'affaires cette année et confirmé son objectif d'amélioration de sa marge opérationnelle en 2015.

La société de services d'informatique et d'ingénierie (SSII) compte sur la forte croissance de ses activités dans le stockage de données à distance ("cloud"), la collecte de métadonnées (Big Data) et la cybersécurité.

Atos s'était jusqu'à présent borné à prévoir une "croissance positive" de son chiffre d'affaires en 2014. A périmètre et taux de change constants, celui-ci devrait être quasi stable cette année.

Le prochain exercice sera le premier intégrant totalement Bull, consolidé sur seulement quatre mois en 2014, après son rachat annoncé en mai pour créer le numéro un européen du "cloud".

Confirmant les 80 millions d'euros de synergies de coûts avec Bull, Atos a réaffirmé viser une amélioration de sa marge opérationnelle l'an prochain comparé à la fourchette de 7,5%-8% toujours prévus pour 2014.

Atos garde en ligne de mire son objectif de marge de 8,5%-9,5% en 2016 contre 7,5% en 2013.

Face à une conjoncture toujours morose envisagée en 2015 en Europe continentale, Atos a les yeux rivés sur les Etats-Unis où il recherche des opportunités d'acquisitions, a déclaré son directeur financier Michel-Alain Proch lors d'une conférence téléphonique.

Atos, encore peu présent aux Etats-Unis, a donc peu ressenti l'appréciation du dollar face à l'euro, mais se prépare à une poursuite du renforcement de la roupie indienne, a-t-il ajouté.   Suite...

 
Atos, dirigé par l'ex-ministre des Finances Thierry Breton, a annoncé viser une hausse 5% de son chiffre d'affaires cette année et confirmé son objectif d'amélioration de sa marge opérationnelle en 2015. La société de services d'informatique et d'ingénierie (SSII) compte sur la forte croissance de ses activités dans le stockage de données à distance ("cloud"), la collecte de métadonnées (Big Data) et la cybersécurité. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier