6 novembre 2014 / 06:29 / il y a 3 ans

Hermès accélère le pas au 3e trimestre grâce à la maroquinerie

Hermès voit sa croissance organique accélérer le pas au troisième trimestre, malgré un contexte défavorable au marché du luxe. Les ventes du groupe ont totalisé 990,6 millions d'euros, en hausse de 10,6% en données publiées. /Photo d'archives/Philippe Wojazer

PARIS (Reuters) - Hermès International a vu sa croissance organique accélérer le pas au troisième trimestre malgré un contexte défavorable au marché du luxe, grâce à la progression de la maroquinerie, sa division phare.

Les ventes du fabricant des sacs Birkin ou des "carrés" de soie ont totalisé 990,6 millions d'euros, en hausse de 10,6% en données publiées. A taux de change constants, la croissance a atteint 11,1% après 9,67% au deuxième trimestre, dépassant les estimations des analystes qui tablaient généralement sur une progression proche de 10%.

Le sellier confirme une nouvelle fois sa capacité de résistance par rapport à ses concurrents, dans un environnement devenu difficile, plombé par la faiblesse du marché chinois, la chute des achats des touristes russes, le marasme européen et les remous politiques à Hong Kong.

Avec une croissance organique de 11,7% sur les neuf premiers mois de l'année, Hermès signe encore une des meilleures performances du secteur. Il fait ainsi nettement mieux que LVMH qui a limité sa croissance organique à 4% et le pôle luxe de Kering à 4,9%.

La performance du trimestre a été tirée par la maroquinerie, dont la croissance organique a grimpé de 19,3% grâce à la montée en puissance des capacités de production de deux nouvelles manufactures en Isère et en Charente.

A l'inverse, les autres divisions du groupe ont ralenti la cadence, hormis les parfums (+11,8%). Le ralentissement a été particulièrement fort dans la soie et textiles, tombée à +3,6% (après 9% au trimestre précédent) et dans la division regroupant la bijouterie, la maison et les arts de la table (+8,5% après +18,9%).

L'horlogerie, toujours aux prises avec les difficultés du marché chinois et les remous à Hong Kong, a accentué sa glissade, avec un recul des ventes de 14,4%.

LES USA ET LE JAPON SURPERFORMENT

Alors qu'Hermès avait jusqu'ici résisté au ralentissement en Asie, il a cette fois-ci nettement décéléré, impacté par la chute des flux touristiques à destination de Hong Kong. Sa croissance en Asie hors Japon est ressortie à 10,2%, après 16,8% au deuxième trimestre.

En Chine continentale, "elle a été supérieure à celle de l'ensemble de la zone", a déclaré à Reuters Axel Dumas, gérant d'Hermès, sans vouloir être plus précis.

La plus forte progression a été enregistrée aux Etats-Unis (+16,9%), tandis que la performance a été solide au Japon, deuxième marché du groupe (+16,4%) ainsi qu'en Europe (+7,4%) malgré le marasme économique ambiant.

A la Bourse de Paris, le titre cède 0,22% à 247 euros à 11h20, alors que l'indice SFB120 perd 0,38% au même moment.

La valeur, privée de sa prime spéculative depuis l'accord de paix signé avec LVMH en septembre, perd 6% depuis le début janvier. Sa valorisation reste toutefois très supérieure à celle de ses concurrents, à 26,3 fois ses bénéfices estimés pour 2015 contre 17,4 fois pour LVMH ou 15,7 fois pour Richemont.

Le groupe a confirmé que sa marge opérationnelle en 2014 serait inférieure au record historique de 32,4% atteint en 2013, en raison d'un impact moins favorable des couvertures de change.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below