Wall Street finit dans le désordre, le pétrole pèse

mardi 4 novembre 2014 22h36
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini dans le désordre mardi, plombée par les valeurs liées à l'énergie dans le sillage du pétrole brut qui a reculé pour la quatrième séance d'affilée, réveillant les inquiétudes sur la demande mondiale, tout en se maintenant près de records historiques atteints ces derniers jours.

Le cours du brut léger américain a poursuivi son repli, tout juste au-dessus des 77 dollars le baril, après la décision de l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, de réduire ses tarifs pour les Etats-Unis. Le Brent est à 82,58.

L'indice Dow Jones, qui a connu la semaine dernière sa plus forte hausse hebdomadaire depuis janvier 2013, a gagné 17,60 points, soit 0,1%, à 17.383,84, après un petit repli lundi. En revanche, le Standard & Poor's 500, plus large, a perdu de 5,71 points, soit 0,28%, à 2.012,10 et le Nasdaq Composite a cédé 15,27 points, soit 0,33%, à 4.623,64.

L'indice de l'énergie du S&P, le seul des dix grands indices sectoriels en baisse depuis le début de l'année, a perdu 1,93%. L'action Chevron a cédé 1,21%.

La baisse du pétrole "a eu un impact immédiat sur le secteur de l'énergie, bien sûr, mais elle a aussi des conséquences sur le marché dans son ensemble car elle reflète la faiblesse de la demande", souligne John Kosar, directeur de la recherche chez Asbury Research à Chicago. "Avec un marché à des niveaux records, on aimerait voir le pétrole mieux performer, car la demande de pétrole est un signe que l'économie se porte bien."

Aux valeurs, Alibaba a pris 4,19% dans un volume étoffé. Pour ses premiers résultats trimestriels depuis son introduction à Wall Street en septembre, le géant chinois du commerce en ligne a publié mardi un bénéfice net en hausse de 15,5% à 1,11 milliard de dollars (888 millions d'euros), conforme aux attentes sur la période juillet à septembre, et un chiffre d'affaires en hausse de 53,7%.

76% DES SOCIÉTÉS DU S&P ONT FAIT MIEUX QUE PRÉVU AU T3   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS