Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

lundi 3 novembre 2014 19h07
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour lundi à la Bourse de Paris, où le CAC 40 a creusé ses pertes en fin d'après-midi et clôturé sous 4.200 points (en baisse de 0,92% à 4.194,03 points), le ralentissement de l'activité manufacturière américaine mesurée par l'indice PMI et une statistique immobilière étant venus s'ajouter aux indicateurs européens et chinois du même type qui pesaient déjà sur les marchés d'actions :

* LAFARGE (-3% à 53,65 euros) a accusé la deuxième plus forte baisse du CAC 40. Holcim (-2,57%), dont le projet de fusion avec Lafarge a été formellement notifié la semaine dernière auprès de la Commission européenne, a fait état d'une baisse de son chiffre d'affaires et de ses bénéfices au troisième trimestre en raison notamment d'effets de changes défavorables et de difficultés sur les marchés européen et latino-américain.

* PUBLICIS a perdu 2,26% à 54,02 euros après avoir annoncé un projet d'acquisition du spécialiste américain de la publicité en ligne Sapient, pour 3,7 milliards de dollars afin d'accélérer sa croissance dans le numérique après son projet de mariage avorté avec Omnicom. Exane BNP Paribas juge le prix "élevé" pour cette opération qui pourrait différer de deux ans le calendrier du retour aux actionnaires.

* GDF SUEZ a perdu 3,02% à 18,77 euros, plus forte baisse du CAC. Plusieurs analystes estiment dans des notes que les résultats trimestriels qui seront publiés le 13 novembre devraient montrer que le groupe reste sous pression, en raison notamment de l'arrêt depuis le 5 août du réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Doel en Belgique après une perte d'huile de la turbine à vapeur dans la partie non nucléaire de l'installation.

EDF a lâché 2,85% à 22,88 euros. Les services aux collectivités (-2,29%) ont accusé la plus forte baisse sectorielle en Europe, emportés par la chute des italiens Snam (-11,32%), Terna (-6,67%) et Enel (-4,23%) qui ont chuté en raison d'une décision du régulateur italien de l'énergie de modifier le mode de calcul du tarif du stockage du gaz en intégrant un taux d'inflation plus élevé qu'attendu, ce qui aurait un impact très négatif sur les profits futurs.

  Suite...

 
LA CLÔTURE DE LA BOURSE DE PARIS