Wall Street finit à des records après la Banque du Japon

vendredi 31 octobre 2014 21h47
 

par Rodrigo Campos et Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a terminé en hausse de 1,13% vendredi, le Dow Jones et le S&P 500 ayant terminé à des records, après l'adoption inattendue par la Banque du Japon (BoJ) de nouvelles mesures de soutien à l'économie, quelques jours après la fin du programme de rachat d'actifs de la Réserve fédérale américaine.

Le comité de politique monétaire de la banque centrale japonaise a approuvé vendredi une accélération des achats d'obligations d'Etat japonaises et un triplement des achats de fonds indiciels et de fonds immobiliers.

De son côté, le fonds de pension public japonais GPIF, qui gère quelque 950 milliards d'euros d'actifs, a annoncé qu'il allait plus que doubler la part des actions japonaises et étrangères dans son portefeuille.

L'indice Dow Jones a gagné 195,10 points, soit 1,13%, à 17.390,52 points, un record historique de clôture. Le S&P-500, plus large, a pris 23,40 points, soit 1,17%, à 2.018,05, également un nouveau record de clôture. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 64,60 points (+1,41%) à 4.630,74 points, son plus haut niveau de clôture depuis mars 2000.

Sur la semaine, le Dow Jones a gagné 3,4%, sa plus forte hausse hebdomadaire depuis janvier 2013, le S&P a pris 2,7% et le Nasdaq a progressé de 3,3%, et sur le mois d'octobre, les indices affichent des gains de, respectivement, 2%, 2,3% et 3%.

Le marché qui a progressé sur un large front, de nombreux titres ayant touché leurs plus hauts niveaux de l'année.

La Bourse de Tokyo a bondi de 4,83% en réaction à ces décisions et les principales places européennes ont gagné de leur côté entre 1% à 3% en clôture.

"Ce n'est pas seulement l'assouplissement (monétaire de la BoJ), mais aussi l'allocation d'actifs du fonds de pension (GPIF) qui contribue à la hausse bien sûr", souligne Paul Zemsky, responsable de la stratégie d'investissement sur toutes les classes d'actifs chez Voya Investment Management à New York.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS