Nexity résiste à la baisse du marché résidentiel français

mercredi 29 octobre 2014 19h30
 

PARIS (Reuters) - Nexity a confirmé mercredi ses objectifs pour cette année après avoir enregistré une baisse limitée de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, le promoteur immobilier résistant à la détérioration du marché français du logement.

Le groupe, détenu à 40,5% par les Caisses d'épargne (groupe BPCE), a également indiqué attendre un rebond du marché du logement au cours de l'année prochaine à la faveur des mesures du gouvernement.

"Si les mesures annoncées, bien qu'insuffisantes (elles s'attachent surtout à stimuler la demande de logements, et négligent trop la politique de l'offre) vont dans le bon sens, leur impact sera, au mieux, marginal, sur l'activité commerciale du quatrième trimestre 2014", estime dans un communiqué Alain Dinin, P-DG de la société.

"Elles devraient en revanche permettre au marché du logement en France de connaître un rebond au cours de l'année 2015, rebond dont l'ampleur et la pérennité dépendront de la capacité du gouvernement à restaurer la confiance des acquéreurs de logements, accédants et investisseurs particuliers et institutionnels", poursuit-il.

Le 25 juin, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé des mesures en faveur du logement, dont l'élargissement du prêt à taux zéro (PTZ+), pour relancer un secteur qui accuse un recul des mises en chantier et des permis de construire.

RECONDUCTION D'UN DIVIDENDE DE 2,0 EUROS PAR ACTION

Le gouvernement a en revanche renoncé à afficher un objectif de 500.000 nouveaux logements par an.

Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires est ressorti à 607,7 millions d'euros, contre 614,9 millions un an plus tôt, l'immobilier résidentiel (+8,5%) compensant en grande partie la chute de 48% observée dans l'immobilier d'entreprise.   Suite...

 
Alain Dinin, P-DG de Nexity. Le groupe confirme mercredi ses objectifs pour cette année après avoir enregistré une baisse limitée de son chiffre d'affaires au troisième trimestre, le promoteur immobilier résistant à la détérioration du marché français du logement. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen