Wall Street marque une pause

lundi 27 octobre 2014 21h45
 

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a marqué une pause lundi, après sa plus forte hausse hebdomadaire depuis janvier 2013, freinée par le recul du secteur lié à l'énergie et la publication d'indicateurs de conjoncture décevants en Allemagne et aux Etats-Unis.

Le sentiment des entreprises allemandes s'est dégradé davantage que prévu en octobre, tombant à son plus bas niveau en près de deux ans, ce qui augure mal de l'activité dans la première économie d'Europe au quatrième trimestre, montre lundi l'enquête mensuelle de l'institut munichois Ifo.

Aux Etats-Unis, le rythme de la croissance a ralenti en octobre dans les services, au plus bas en six mois, et les promesses de vente dans l'immobilier ont augmenté moins que prévu en septembre, laissant penser que la reprise du marché ne sera que très progressive.

L'indice Dow Jones a terminé en hausse de 12,53 points, soit 0,07%, à 16.817,94. Le S&P-500, plus large, a perdu 2,95 points, soit 0,15%, à 1.961,63. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 2,22 points (+0,05%) à 4.485,83.

L'indice S&P de l'énergie a baissé de 2,03%, plus forte baisse des dix plus grands indices sectoriels. Au sein du Dow, ExxonMobil a cédé 0,83% et Chevron 0,77% avant la publication de leurs résultats prévue vendredi.

Le Brent de mer du Nord a momentanément enfoncé la barre des 85 dollars et le brut léger américain les 80 dollars après la révision en baisse des prévisions de cours de Goldman Sachs.

La banque d'investissement américaine a abaissé de 15 dollars le baril ses prévisions de cours pour 2015, à 85 dollars pour le Brent et 75 dollars pour le brut léger américain (WTI).

La chute du brut "est probablement une bonne chose pour les consommateurs, mais il y a une série de valeurs énergétiques dans le S&P 500 qui sont affectées par la crainte de l'impact sur leurs résultats", dit Bruce Zaro, responsable de l'analyse technique chez Bolton Global Asset Management à Boston. Il juge toutefois que la baisse des cours est "globalement positive" car elle libère du pouvoir d'achat pour les consommateurs.   Suite...

 
Correction: bien noter que le S&P est en baisse