16 septembre 2014 / 06:48 / dans 3 ans

Maurice Lévy restera à la tête de Publicis jusqu'en 2017

Maurice Lévy restera à la présidence de Publicis jusqu'en 2017 dans le cadre d'un nouveau directoire mis en place pour développer l'offre numérique du groupe. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Publicis a annoncé mardi le départ de son directeur général délégué Jean-Yves Naouri, autrefois présenté comme le “dauphin” du PDG Maurice Lévy qui restera quant à lui à la présidence jusqu‘en 2017 dans le cadre d‘un nouveau directoire mis en place pour développer l‘offre numérique du groupe.

Le troisième groupe publicitaire mondial, qui présentera aux investisseurs avant fin octobre une révision de son plan stratégique à horizon 2018, a aussi relevé sa politique de dividendes et annoncé un programme de rachats d‘actions afin de redistribuer davantage d‘argent à ses actionnaires après l‘échec, en mai, de son projet de fusion avec l‘américain Omnicom.

Le nouveau directoire est nommé pour une période de quatre ans et reste présidé par Maurice Lévy dont le mandat prendra fin à l‘assemblée générale des actionnaires qui statuera sur les comptes 2016, précise Publicis dans un communiqué.

Le mandat du PDG, âgé de 72 ans et dirigeant du groupe depuis 1987, devait jusqu‘ici se terminer fin 2015. Maurice Lévy avait lui-même indiqué qu‘il n‘en solliciterait pas un nouveau.

Jean-Yves Naouri, que la presse donnait cet été partant, “ne fera pas partie de la nouvelle direction”, annonce Publicis. Il est remplacé au directoire par Anne-Gabrielle Heilbronner, secrétaire générale qui avait joué un rôle important dans le projet de rapprochement avec Omnicom.

L‘organe de direction sera aussi composé, comme le précédent, de Kevin Roberts dont le mandat prendra fin en 2017, et Jean-Michel Etienne. Il sera complété par un autre groupe de dirigeants qui formeront un “directoire +” qui aura les mêmes responsabilités afin de préparer l‘avenir du groupe, a précisé Publicis.

Ces annonces sont accueillies favorablement à la Bourse de Paris et l‘action Publicis gagne 0,66% à 56,76 euros à 10h45, s‘inscrivant en tête des rares hausses de l‘indice CAC 40 (-0,74%).

“Il semble que (Maurice Lévy) reste un peu plus longtemps que ce à quoi on s‘attendait pour assurer la continuité et remettre le groupe sur pied”, commente l‘analyste Conor O‘Shea chez Kepler Cheuvreux.

“C‘est globalement rassurant. On dirait qu‘ils reviennent au business plan mis en place en avril 2013, avant Omnicom”.

SPÉCULATIONS SUR CRITEO

Le groupe, qui entend poursuivre sa politique de croissance externe, dit prévoir des investissements pour se renforcer “dans les secteurs les plus porteurs d’avenir et de croissance”.

“Publicis Groupe entend accroître son leadership dans le numérique et enrichir les services rendus à ses clients par le développement de nouvelles prestations complétant sa palette actuelle par création organique ou acquisition, notamment dans le domaine de la technologie”, écrit-il dans son communiqué.

“Ces décisions s‘inscrivent dans les objectifs de croissance et d‘amélioration de marge à l‘horizon 2018.”

Publicis confirme ses objectifs de croissance, à savoir +100 points de base par rapport à la moyenne du marché, et de marge (au moins 200 points de base de plus).

“Ce que tout le monde veut savoir, c‘est s‘ils vont racheter Criteo. Ils ne l‘écartent pas mais peut-être qu‘en affirmant ces objectifs ils suggèrent qu‘ils ne vont pas le faire”, note l‘analyste de Kepler Cheuvreux.

Des spéculations de presse sur un possible rachat de Criteo par Publicis avaient fait flamber fin août l‘action de la start-up française spécialisée dans la publicité en ligne. Elles sont “sans fondement”, avait-on alors déclaré de source proche de Publicis.

Publicis revoit également à la hausse sa politique de dividendes. Il confirme un taux de distribution de 35% en 2015 et annonce “une montée progressive sur les années à venir pour aligner le groupe sur la moyenne de l‘industrie (environ 42%) à l‘horizon 2018”.

En juin, Maurice Lévy avait évoqué une montée de ce ratio à 40%.

Outre un programme de rachat d‘actions, Publicis annonce aussi le remboursement anticipé des Oranes (obligations à option de remboursement en actions ou numéraire).

Benjamin Mallet et Dominique Rodriguez, édité par Matthias Blamont

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below