Le marché mise sur une poursuite de la bataillpascalee pour Club Med

lundi 15 septembre 2014 19h44
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Le titre Club Méditerranée a fortement monté lundi à la Bourse de Paris, le marché pariant sur une poursuite de la bataille engagée entre le chinois Fosun et l'italien Andrea Bonomi pour le contrôle du groupe de loisirs.

La valeur, dont la cotation avait été suspendue vendredi, a clôturé au-dessus des 22 euros proposés par le groupe chinois, revenu dans la course pour contrer l'offre à 21 euros de l'homme d'affaires italien.

Dans un communiqué transmis après la fermeture du marché, le conseil d'administration du Club a fait savoir qu'"à ce stade" il accueillait "favorablement" l'offre de Fosun.

"Le conseil d'administration se réunira à nouveau après remise du rapport d'un expert indépendant pour faire part de son avis motivé sur les termes de l'offre publique, conformément à la réglementation applicable", a-t-il ajouté.

L'action Club Med a fini sur un gain de 5,36% à 22,41 euros.

"On peut imaginer que Bonomi fasse une contre-offre. A ce stade, cela devient une affaire personnelle. J'ai du mal à croire que Bonomi jette l'éponge", a commenté un analyste qui a souhaité garder l'anonymat.

Pour Fehmi Ben Naamane, analyste d'Oddo Securities, une surenchère, "toujours possible", pourrait aller jusqu'à 23 euros, "les niveaux de valorisation ne permettant plus d'aller beaucoup plus haut".

Les analystes jugent dans leur ensemble déjà très élevé le prix offert pour le Club, un groupe en difficulté et aux prises avec le marasme qui frappe le marché du tourisme en Europe et en France, où il réalise 40% de son chiffre d'affaires.   Suite...

 
Le conseil d'administration du Club Méditerranée a dit lundi accueillir favorablement le projet d'offre publique d'achat déposé par le véhicule Gaillon Invest II, qui rassemble le groupe chinois Fosun et le fonds Ardian. Le Club Med est l'objet d'une bataille boursière qui oppose Fosun à l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier