AF-KLM s'appuiera sur Transavia pour croître en Europe

jeudi 11 septembre 2014 18h42
 

par Matthias Blamont et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Après plusieurs années de restructuration, Air France-KLM veut passer à une nouvelle étape de son développement avec un plan stratégique qui s'appuie notamment sur l'essor de Transavia, sa marque low cost, appelée à devenir à terme une grande rivale de Ryanair ou d'EasyJet en Europe.

Le groupe de transport franco-néerlandais, né en 2004 après la fusion d'Air France et de KLM, a présenté jeudi aux investisseurs ce nouveau plan, "Perform 2020", alors que les syndicats de pilotes d'Air France ont déposé un préavis de grève à partir du 15 septembre, susceptible de coûter plusieurs millions d'euros à la compagnie.

Le PDG Alexandre de Juniac a déclaré à des journalistes que sa position vis-à-vis des syndicats de pilotes, qui s'opposent notamment à l'embauche par Transavia de professionnels à des conditions salariales moins avantageuses qu'à Air France, n'avait pas évolué.

"Je ne souhaite pas que l'on applique les conditions et les contrats d'Air France à Transavia. Transavia France, c'est un projet de croissance dans lequel nous aurons certainement 22 avions supplémentaires, nous allons créer des emplois de pilotes et d'hôtesses et stewards, des emplois au sol, en France, et sur la base du volontariat", a-t-il fait valoir.

"Il y a des opportunités pour les pilotes d'Air France, notamment ceux qui veulent devenir commandants de bord (...) Ils veulent venir? Ils sont les bienvenus, ils ne veulent pas? Ils restent chez Air France où l'on ne modifie pas une ligne de leur contrat."

Le dirigeant a ajouté qu'il était prêt à discuter d'un certain nombre de revendications, citant en exemple de possibles mécanismes de compensation pour les pilotes qui décideraient de rejoindre la compagnie low cost. "Ce sont, là, les vrais sujets", a-t-il dit.

L'EFFET DE CISEAU RYANAIR-EMIRATES   Suite...

 
Air France-KLM présente jeudi aux investisseurs son nouveau plan stratégique "Perform 2020", alors que les syndicats de pilotes d'Air France ont déposé un préavis de grève à partir du 15 septembre susceptible de coûter plusieurs millions d'euros à la compagnie.  /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard