3 septembre 2014 / 09:00 / il y a 3 ans

La croissance de l'activité en zone euro au plus bas de l'année

LES INDICES PMI EN EUROPE

PARIS/LONDRES/BERLIN (Reuters) - La croissance de l'activité des entreprises dans la zone euro a été en août la plus basse de l'année, le conflit ukrainien ayant nettement freiné les dépenses et l'investissement.

L'indice composite de Markit, qui suit les évolutions de la croissance à la fois dans les secteurs secondaire et tertiaire, est tombé à un plus bas de huit mois de 52,5 contre 53,8 en juillet et 52,8 en estimation flash.

Il est toutefois au-dessus de la barre des 50, qui délimite la croissance de la contraction, pour le 14e mois consécutif.

L'indice du seul secteur des services s'est inscrit à 53,1 contre 54,2 en juillet et 53,5 en estimation flash.

"A l’inverse de la tendance attendue par les analystes, la croissance de la zone euro décélère en août, ce qui devrait renforcer les voix s’élevant en faveur du lancement d’un programme d’assouplissement quantitatif de grande ampleur par la BCE (Banque centrale européenne)", commente Chris Williamson, économiste en chef de Markit.

Le sous-indice composite des prix de production, en deçà de 50 depuis avril 2012, est tombé à un plus bas de trois mois de 48,9 contre 49 en juillet, les entreprises baissant les prix pour réaliser du volume.

EN ALLEMAGNE

Le secteur privé a connu en août sa croissance la plus lente depuis 10 mois en Allemagne, ce qui est imputable essentiellement au secteur manufacturier.

L'indice composite de Markit, qui suit les évolutions de la croissance à la fois dans les secteurs secondaire et tertiaire, est ressorti à 53,7 contre 55,7 en juillet.

C'est au-delà de la barre des 50, qui délimite la croissance de la contraction, mais en deçà de l'estimation flash qui était de 54,9.

"L'indice PMI composite continue de témoigner d'une croissance du PIB allemand au troisième trimestre, à la suite du recul inattendu du deuxième trimestre", commente l'économiste Oliver Kolodseike de Markit. "Il est toutefois fort peu probable que la croissance soit aussi forte que celle des trois premiers mois de l'année".

Le seul indice des services, secteur qui représente plus des deux tiers de l'économie allemande, s'inscrit à 54,9 contre 56,7 en juillet, qui était un plus haut de 37 mois.

Si le sous-indice de l'emploi dans les services a augmenté un peu, pour le 10e mois d'affilée, celui des anticipations est à un creux de 11 mois, certaines entreprises évoquant un ralentissement économique intérieur, l'instauration prévue d'un salaire minimum et les risques géopolitiques.

EN FRANCE

L'activité dans le secteur privé français s'est contractée pour le quatrième mois consécutif en août malgré une très légère progression dans les services, selon les résultats définitifs de l'enquête PMI publiés mercredi par Markit.

L'indice du secteur des services est ressorti à 50,3 contre 50,4 en juillet, mois où il avait repassé la barre des 50 qui sépare contraction et croissance de l'activité pour la première fois depuis avril.

Mais il avait été annoncé à un niveau supérieur, 51,1, en première estimation.

L'indice composite, qui combine l'industrie manufacturière - dont l'indice a été publié lundi - et les services, est ressorti de son côté à 49,5 contre 49,4 un mois plus tôt, également en-deçà de sa marque en première estimation (50,0).

Pour Jack Kennedy, économiste de Markit, la stagnation de l'économie française aux premier et deuxième trimestres semble se prolonger au troisième du fait de la faiblesse du secteur manufacturier.

EN GRANDE-BRETAGNE

Le secteur britannique des services a de nouveau connu la croissance en août, au rythme le plus soutenu depuis près d'un an, mais il semble que le conflit ukrainien risque de ralentir l'activité prochainement.

L'indice Markit/CIPS des directeurs d'achat laisse également penser que certaines entreprises de services peinent à répondre à la demande, un point que la Banque d'Angleterre gardera sans doute à l'esprit lorsqu'elle décidera du moment de relever les taux d'intérêt.

L'indice PMI des services ressort à 60,5 contre 59,1 en juillet, dépassant les prévisions les plus hautes des économistes interrogés par Reuters.

L'indice composite, qui suit les évolutions de la croissance à la fois dans les secteurs secondaire et tertiaire, est à un pic de neuf mois de 59,8 contre 59 en juillet.

Dans le seul secteur des services, la croissance du nombre des nouveaux contrats est la plus faible depuis trois mois, tandis que la confiance des entreprises est tombée à un plus bas de 15 mois.

EN ITALIE

L'activité dans le secteur italien des services s'est contracté en août pour la première fois depuis cinq mois, sous l'effet d'un recul des nouvelles commandes, montre l'enquête mensuelle menée par Markit et l'association Adaci des directeurs d'achat.

L'indice d'activité Markit/Adaci pour le secteur des services a reculé à 49,8 contre 52,8 en juillet, passant ainsi sous la barre de 50 qui sépare croissance et contraction.

Dix économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice à 52,0.

La composante des nouvelles commandes a reculé à 49,7 contre 53,2, marquant une première contraction en huit mois. Le sous-indice qui mesure les anticipations des entreprises est par ailleurs tombé à son plus bas de l'année, selon Markit.

L'enquête Markit sur le secteur manufacturier, publiée lundi, avait montré une contraction de l'activité en août pour la première fois depuis plus d'un an.

L'économie italienne est retombée en récession au deuxième trimestre, avec une contraction de 0,2% du PIB, et "les chances de voir un retour de la croissance au troisième trimestre paraissent plus minces", commente Phil Smith, économiste de Markit.

EN ESPAGNE

Le secteur espagnol des services a enregistré en août sa plus forte croissance depuis 2006, selon l'enquête Markit publiée mercredi.

L'indice d'activité des directeurs d'achat (PMI) a atteint 58,1 contre 56,2, se maintenant pour le 10e mois consécutif au-dessus du niveau de 50 à partir duquel il dénote une expansion.

Le sous-indice de l'emploi s'est tassé à 50,8 contre 51,7, montrant une poursuite des embauches nettes mais à un rythme moindre. Plus de 46% des entreprises interrogées ont dit anticiper une poursuite de la croissance de leur activité sur l'année à venir.

L'indice composite, qui suit les évolutions de la croissance à la fois dans les secteurs secondaire et tertiaire, a atteint 56,9, un pic depuis mars 2007, contre 55,7 en juillet.

"La forte croissance de l'activité et des nouvelles affaires en août suggèrent que la reprise s'est poursuivie en Espagne en août (...) mais les défis restent importants. Un certain nombre d'entreprises ont dû baisser leurs prix pour pouvoir vendre et la hausse de l'emploi n'a été que marginale", observe Andrew Harker, économiste senior chez Markit.

Wilfrid Exbrayat, Véronique Tison et Yann Le Guernigou pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below