Résultats décevants au 2e trimestre pour les entreprises en Europe

jeudi 28 août 2014 16h31
 

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les résultats publiés par les entreprises européennes s'avèrent plutôt décevants au deuxième trimestre mais l'optimisme demeure pour l'ensemble de 2014, plusieurs facteurs devant soutenir les sociétés de la région en deuxième partie d'année, dont la baisse de l'euro, estiment gérants et analystes interrogés par Reuters.

Selon une étude publiée la semaine dernière par Thomson Reuters, 48% des entreprises de l'indice Stoxx 600 ont fait état de chiffres meilleurs qu'attendu en termes de bénéfices, un niveau comparable aux trimestres précédents. Ce chiffre est le même pour les chiffres d'affaires mais est inférieur de 5 points à la situation habituelle (53%).

"C'est un bilan assez décevant et cette saison des résultats reflète la situation macroéconomique de la zone euro que personne n'avait vu aussi morose", résume Joffrey Ouafqa, gérant chez Convictions AM.

"La saison est d'autant plus décevante en Europe que les publications ont été bonnes aux Etats-Unis. On ne s'attendait pas à une telle différence de qualité en termes de résultats entre les deux zones. Beaucoup d'investisseurs avaient acheté un projet de croissance en Europe qui ne se matérialise pas."

L'économie de la zone euro a connu au deuxième trimestre un coup d'arrêt inattendu.

Illustrant ces difficultés économiques, ce sont davantage les valeurs cycliques qui ont déçu les attentes. Les sociétés industrielles ou encore les groupes liés aux matériaux de base affichent ainsi respectivement 51% et 70% de résultats moins bons qu'attendu.

"RETOUR À LA RÉALITÉ"   Suite...

 
Selon des gérants et analystes interrogés par Reuters, les résultats publiés par les entreprises européennes s'avèrent plutôt décevants au deuxième trimestre mais l'optimisme demeure pour l'ensemble de 2014, plusieurs facteurs devant soutenir les sociétés de la région en deuxième partie d'année, dont la baisse de l'euro. /Photo d'archives/REUTERS/Remote/Pawel Kopczynski