"Valls II" vu comme favorable aux actions et aux taux bas

mercredi 27 août 2014 08h05
 

par Marc Joanny

PARIS (Reuters) - Les investisseurs n'anticipent pas une accélération des réformes en France après la clarification de la ligne économique et la nomination du gouvernement Valls II qui sont perçues comme favorables pour la Bourse et le maintien de taux d'intérêt bas.

L'arrivée au ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique d'Emmanuel Macron, ex-banquier d'affaires chez Rothschild et ancien conseiller économique de François Hollande, en remplacement d'Arnaud Montebourg, mais avec un portefeuille plus large, est perçue comme un signal contribuant à renforcer la crédibilité de l'exécutif vis-à-vis de l'Union européenne.

"Nous pensons que cette nomination est un message politique très fort destiné à mettre un terme à la confusion sur les politiques économiques qui prévalait jusqu'à présent et qui aidera à accélérer le processus de réformes", notent les analystes de Barclays.

"Nous n'anticipons pas de nouvelles annonces au-delà (...) du 'pacte de responsabilité' (...) mais ce qui a été annoncé va rester en place", soulignait toutefois ING dans une note de recherche publiée avant la formation du gouvernement.

"Si le refus de faire marche arrière est certainement un bon signal, il y a peu de marges de manoeuvre pour aller plus loin dans les réformes", ajoutait la banque.

Le catalogue des réformes "radicales" appelées de leurs voeux par les investisseurs est connu, des coupes dans les effectifs de la fonction publique à la réduction des dépenses sociales en passant par la suppression des 35 heures et l'assouplissement des modalités de licenciement notamment.

Mais ils ne nourrissent guère d'illusion sur la capacité du gouvernement à les conduire quand ils ne mettent pas en doute leur bien-fondé dans l'immédiat.

"Les réformes de flexibilité visent les horizons longs et sont en revanche porteuses de déflation et plutôt pénalisantes pour le cycle à court terme", rappelle ainsi Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de l'institut Xerfi.   Suite...

 
Les investisseurs n'anticipent pas une accélération des réformes en France après la clarification de la ligne économique et la nomination du gouvernement Valls II qui sont perçues comme favorables pour la Bourse et le maintien de taux d'intérêt bas. /Photo d'archives/REUTERS/Toby Melville