Roche achète l'américain InterMune pour 8,3 milliards de dollars

lundi 25 août 2014 07h56
 

par Ben Hirschler et Caroline Copley

LONDRES/ZURICH (Reuters) - Roche a annoncé dimanche le rachat de la société américaine de biotechnologies InterMune pour un montant global de 8,3 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) en numéraire, une opération qui marque une nouvelle étape de la consolidation en cours du secteur.

Le groupe pharmaceutique suisse déboursera 74 dollars par action InterMune, ce qui représente une prime de 38% par rapport au cours de clôture de vendredi.

L'acquisition, recommandée par les conseils d'administration des deux groupes, est la plus importante conclue par Roche depuis 2009, lorsqu'il avait racheté les parts de l'américain Genentech qu'il ne détenait pas encore pour environ 47 milliards de dollars.

Le directeur général de Roche, Severin Schwan, a déclaré que le rachat d'InterMune permettrait au groupe de se renforcer et de se diversifier dans le domaine des maladies respiratoires.

"Pour nous, chez Roche, cette opération est un bon exemple d'acquisition ciblée créatrice de valeur; nous nous concentrons sur des acquisitions ciblées qui sont vraiment complémentaires de notre portefeuille (...) plutôt que d'essayer de nous diversifier ou de nous engager dans des méga-fusions", a-t-il dit lors d'une téléconférence.

Des sources proches du dossier avaient déclaré le 13 août qu'InterMune se préparait à étudier des offres de rachat de grands groupes pharmaceutiques, dont Roche et Sanofi.

L'action de la "biotech" californienne avait alors fortement progressé. Le prix offert par Roche représente ainsi une prime de 63% par rapport au cours du 12 août.

Une telle prime n'est pas inhabituelle pour ce type d'opérations et reflète la concurrence acharnée que se livrent les grands acteurs mondiaux du secteur pour le contrôle de nouveaux médicaments prometteurs, souvent développés par de petits laboratoires innovants.   Suite...

 
Roche va racheter la société américaine de biotechnologies InterMune pour un montant global de 8,3 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros) en numéraire, une opération qui marque une nouvelle étape de la consolidation en cours du secteur. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann