Bank of America signe un accord à l'amiable avec Washington

jeudi 21 août 2014 18h21
 

(Reuters) - Bank of America a trouvé un accord à l'amiable de 16,65 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) avec les autorités américaines pour mettre un terme aux poursuites lancées dans le dossier de la vente abusive de produits financiers adossés à des créances immobilières.

A la suite de l'annonce de cet accord, dont les grandes lignes étaient déjà connues, le titre de la banque américaine avançait vers 15h50 GMT de 1,58% à 15,7650 dollars alors que l'indice bancaire KBW prenait 0,90%.

Les investisseurs font le pari qu'avec cette amende - un record pour un réglement à l'amiable - Bank of America a définitivement tourné la page des créances immobilières à problème, hérités notamment de Countrywide Financial et de Merrill Lynch, deux établissements rachetés en pleine crise financière.

Selon l'accord, annoncé jeudi par le département de la Justice, la banque versera 9,65 milliards de dollars en numéraire aux différentes autorités américaines, le solde devant aller à des mécanismes permettant de soutenir les propriétaires qui peinent à rembourser leurs crédits.

Bank of America a reconnu avoir vendu pour des milliards de dollars d'actifs titrisés à risque, adossés à des crédits immobiliers, tout en cachant certaines données clés concernant la qualité de ces prêts.

"Ce réglement historique - le plus important jamais conclu à ce jour - va bien au-delà "du coût de la conduite des affaires", a déclaré Eric Holder, "Attorney General" (ministre de la Justice) américain.

L'accord n'englobe pas l'amende de 1,27 milliard imposée fin juillet à la banque pour fraude sur des crédits immobiliers inopérant vendus par sa filiale Countrywide. Bank of America a fait appel de cette décision.

LE BÉNÉFICE DU T3 AMPUTÉ DE PLUS DE $5 MDS   Suite...

 
Bank of America a trouvé un accord à l'amiable de 16,65 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros) avec les autorités américaines pour mettre un terme aux poursuites lancées dans le dossier de la vente abusive de produits financiers adossés à des créances immobilières. /Photo d'archives/REUTERS/Fred Prouser