18 août 2014 / 10:34 / il y a 3 ans

Moody's abaisse ses perspectives de croissance pour la France

Moody's a encore abaissé ses perspectives de croissance pour la France et jugé que l'échec probable de Paris à atteindre ses objectifs budgétaires cette année illustrait les difficultés rencontrées par l'ensemble de la zone euro. /Photo prise le 10 mars 2014/Jacky Naegelen

(Reuters) - Moody's a encore abaissé, lundi, ses perspectives de croissance pour la France et jugé que l'échec probable de Paris à atteindre ses objectifs budgétaires cette année illustrait les difficultés rencontrées par l'ensemble de la zone euro.

Dans une note publiée lundi, l'agence de notation a revu en baisse ses prévisions de croissance du PIB français, de 0,6% à 0,5% pour l'année en cours et de 1,3% à 0,9% pour l'an prochain. Moody's avait déjà abaissé sa prévision il y a deux semaines, passant de 1% à 0,6% pour 2014 et de 1,5% à 1,3% pour 2015.

Jeudi dernier, le gouvernement français a réduit de moitié de sa prévision de croissance et reconnu qu'il manquerait son objectif de déficit public cette année.

Dans une tribune publiée dans Le Monde, Michel Sapin a annoncé prévoir une croissance du PIB de l'ordre de 0,5% en 2014 contre 1% prévu auparavant et estimé que rien ne permettait de prévoir pour 2015 une croissance très supérieure à 1%.

Le déficit public sera supérieur a 4% de PIB cette année, davantage que les 3,8% prévus jusqu'alors, a-t-il ajouté.

Cet échec de Paris à atteindre ses objectifs est un élément négatif pour la note souveraine du pays, ajoute Moody's.

"Ces difficultés à réaliser le programme budgétaire du gouvernement et la probabilité croissante qu'il n'y parviendra pas est un facteur négatif pour la note de crédit de la France", souligne l'agence dans sa note.

"L'échec à atteindre les objectifs et les révisions (des prévisions) illustrent les défis persistants auxquels est confrontée la zone euro et mettra encore à l'épreuve la volonté politique de l'union monétaire d'imposer la discipline budgétaire dans un environnement économique difficile."

L'agence ajoute que cela mettra également en question la solidité des institutions économiques européennes mises en place pour assurer le respect des engagements budgétaires.

Elle estime que la contraction de 1,1% des dépenses d'investissement au premier trimestre, après une baisse de 1,0% au quatrième trimestre 2013, est un élément particulièrement pénalisant pour le potentiel de croissance de la France.

"Des rigidités de longue date sur les marchés (particulièrement les barrières à l'entrée dans de nombreux secteurs des services tels que les services juridiques), ainsi que des règlementations coûteuses pour les entreprises, pèsent également sur les prévisions de croissance du pays."

Moody's estime en outre qu'une nouvelle autorisation faite à la France de reporter ses objectifs budgétaires "serait un facteur négatif pour la note de crédit de la zone euro".

Dans ce cas, "son mécanisme de gouvernance budgétaire aurait raté un test important", conclut l'agence de notation.

Patrick Vignal et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below