L'économie de la zone euro à l'arrêt au 2e trimestre

jeudi 14 août 2014 15h02
 

par Michelle Martin et Martin Santa

BERLIN/BRUXELLES (Reuters) - L'économie de la zone euro a calé au deuxième trimestre, un résultat inférieur aux attentes lié avant tout à la baisse de l'activité en Allemagne et à sa stagnation en France, montre la première estimation publiée jeudi par Eurostat, qui augure mal d'un second semestre au cours duquel les échanges risquent de souffrir des sanctions visant la Russie.

Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une croissance de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) des Dix-Huit sur avril-juin. Mais ils avaient été interrogés avant l'annonce jeudi d'une contraction de 0,2% de l'économie allemande et d'une croissance zéro en France, deux performances plus mauvaises qu'anticipé. Eurostat a confirmé la croissance de 0,2% du premier trimestre.

Le gouvernement français a dans la foulée revu à la baisse ses prévisions et ne table plus que sur environ 0,5% de croissance cette année, deux fois moins qu'auparavant.

Le coup d'arrêt subi par la zone euro, dont le PIB annuel global avoisine 9.600 milliards d'euros, risque de se voir prolongé par l'impact des sanctions contre Moscou décidées le mois dernier par l'Union européenne en arguant du rôle joué par la Russie dans la crise ukrainienne.

"Les chiffres d'aujourd'hui montrent que la reprise reste trop faible pour compenser les chocs extérieurs, ce qui signifie que la croissance du PIB va probablement rester coincée en mode 'stop and go'", estime Peter Vanden Houte, chef économiste zone euro de la banque ING.

Par rapport au deuxième trimestre de l'an dernier, le PIB des Dix-Huit s'affiche en hausse de 0,7%, comme attendu, après +0,9% au premier trimestre.

LA BCE SOUS PRESSION   Suite...

 
La croissance de l'économie de la zone euro est restée inchangée au deuxième trimestre, un résultat inférieur aux attentes lié avant tout à la baisse de l'activité en Allemagne et à sa stagnation en France, selon la première estimation d'Eurostat. /Photo d'archives/REUTERS/Cathal McNaughton