13 août 2014 / 10:34 / il y a 3 ans

Les Bourses européennes dans le vert à la mi-séance

Les Bourses européennes sont en hausse à mi-séance mercredi. A 12h15, le CAC 40 progresse de 0,52% à Paris, le Dax s'adjuge 0,91% à Francfort, et le FTSE gagne 0,21% à Londres. /Photo prise le 13 août 2014/REUTERS/Remote

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont en hausse à mi-séance mercredi, soutenues par des résultats de sociétés solides, même si les interrogations sur l‘évolution des crises géopolitiques en Ukraine et au Moyen-Orient limitent le potentiel de progression des actions.

À Paris, le CAC 40 progresse de 0,52% à 4.183,68 points à 12h15. À Francfort, le Dax s‘adjuge 0,91% et, à Londres, le FTSE gagne 0,21%. L‘indice paneuropéen EuroStoxx 50 avance de 0,73% et le FTSEurofirst 300 de 0,29%.

Le géant allemand de l‘électricité E.ON se classe en tête des plus fortes hausses du FTSEurofirst 300, gagnant plus de 4% après des résultats légèrement meilleurs qu‘attendu.

L‘assureur vie Swiss Life se distingue lui aussi, prenant 5,5% après ses semestriels.

Si les comptes des sociétés cotées ne semblent ainsi pour l‘instant pas souffrir du contexte géopolitique, les investisseurs continuent de surveiller la situation en Ukraine. Le convoi russe de 280 camions d‘aide humanitaire progresse vers la frontière mais Kiev a prévenu qu‘il ne le laisserait pas pénétrer sur son sol.

Ces tensions, qui favorisent les actifs jugés les plus sûrs, comme les obligations d‘Etat, ont notamment pénalisé le Dax allemand, qui a perdu jusqu‘à 11% entre la mi-juin et la semaine dernière.

Elles n‘empêchent par ailleurs pas la poursuite de la baisse du pétrole, le baril de Brent se traitant désormais sous 103 dollars le baril après être tombé à son plus bas niveau depuis 13 mois.

Sur le marché des changes, l‘euro, autour de 1,3355 dollar reste proche de son plus bas de neuf mois touché la semaine dernière à 1,3333.

La livre sterling, elle, s‘est orientée à la baisse après le rapport trimestriel sur l‘inflation publié par la Banque d‘Angleterre, marqué par une division par deux de la prévision de croissance des salaires cette année au Royaume-Uni, qui plaide contre une remontée rapide des taux d‘intérêt.

Mike Dolan et Blaise Robinson,; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below