Alitalia croit à un avenir après son alliance avec Etihad

vendredi 8 août 2014 18h43
 

par Antonella Cinelli

ROME (Reuters) - Signé officiellement vendredi, l'accord d'alliance entre Alitalia et Etihad Airways doit permettre à cette dernière d'acquérir 49% du capital de la compagnie aérienne italienne en difficulté et de lui apporter 560 millions d'euros pour financer sa restructuration, qui passera par une sévère réduction des effectifs.

Cette signature marque l'aboutissement de huit mois de discussions entre les deux compagnies, la négociation des modalités de l'accord ayant longtemps achoppé sur les questions liées à l'emploi et à la restructuration de la dette d'Alitalia, exigée par Etihad.

Le président d'Alitalia Roberto Colaninno et son administrateur délégué Gabriele Del Torchio ont participé à la cérémonie de signature avec le directeur général d'Etihad James Hogan. "Après beaucoup d'efforts, une année de travail et de nombreuses soirées, nous y sommes arrivés", a déclaré à la presse Gabriele Del Torchio.

Pour compléter l'investissement de 560 millions d'euros d'Etihad, les actionnaires actuels d'Alitalia injecteront 300 millions dans le cadre d'une nouvelle augmentation de capital.

Les banques créancières du groupe italien ont aussi accepté le principe de 300 millions d'euros de nouvelles facilités de crédit et la restructuration de la dette libérera 598 millions supplémentaires, portant le montant total de l'opération à 1,758 milliard.

Alitalia, rarement bénéficiaire au cours de ses 68 années d'existence, a reçu de multiples aides publiques avant sa privatisation en 2008. Elle n'était jusqu'à présent parvenue à rester en activité que grâce à un plan de renflouement de 500 millions d'euros coordonné l'an dernier par le gouvernement.

En l'absence d'accord avec Etihad, elle risquait tout simplement de devoir cesser ses activités.

  Suite...

 
Le directeur général d'Etihad Airways James Hogan (à gauche) et l'administrateur délégué d'Alitalia Gabriele Del Torchio, à Rome. Les deux compagnies aériennes ont scellé leur alliance vendredi censée éviter le dépôt de bilan du groupe italien en difficulté./Photo prise le 8 août 2014/REUTERS/Stefano Rellandini