Pour Deutsche Telekom, la sortie du marché américain s'éloigne

mercredi 6 août 2014 16h16
 

par Harro Ten Wolde et Arno Schuetze

FRANCFORT (Reuters) - Faute de pouvoir vendre ses parts de T-Mobile US à Sprint, ce dernier ayant renoncé face aux obstacles réglementaires, Deutsche Telekom doit faire un choix entre rester aux Etats-Unis, ce qui implique d'y investir, ou se désengager, éventuellement en acceptant l'offre d'Iliad.

L'action du groupe allemand perdait 3,41% à 11,46 euros en milieu d'après-midi mercredi à la Bourse de Francfort, une baisse qui ampute sa capitalisation d'environ 1,6 milliard d'euros. Le titre avait auparavant touché, à 11,23 euros, son plus bas niveau depuis près de quatre mois, les investisseurs ayant mal accueilli l'abandon de l'offre de Sprint.

L'opérateur allemand, qui réalise sur le marché américain environ un tiers de son chiffre d'affaires et 20% de son bénéfice d'exploitation, cherche depuis la fin 2011 à céder T-Mobile US car il estime que sa filiale, numéro quatre de la téléphonie mobile aux Etats-Unis, ne dispose pas de la masse critique nécessaire pour rivaliser avec AT&T et Verizon Communications.

Deutsche Telekom, qui s'est refusé à tout commentaire mercredi, peut désormais choisir d'ouvrir les comptes de T-Mobile US à Iliad, la maison mère de Free, qui lui a proposé 33 dollars par action pour 56,6% de sa filiale.

Avant le renoncement de Sprint, le groupe allemand avait refusé l'ouverture de discussions à un prix qu'il jugeait insuffisant et Iliad cherchait des partenaires dans le but éventuel de relever son offre.

A la Bourse de Paris, l'action Iliad chutait de 8%.

Certains analystes estiment que Deutsche Telekom pourrait rester sur le marché américain en attendant que le climat politique y soit plus favorable à une consolidation du marché des télécoms, en tentant dans l'intervalle d'obtenir de nouvelles fréquences lors des enchères prévues l'an prochain.

"La nouvelle (de l'abandon de Sprint) est un énorme choc pour nous", a déclaré une source proche de la direction de Deutsche Telekom. "C'est le pire des scénarios auxquels nous pouvions penser. La société va maintenant devoir étudier l'offre d'Iliad et elle pourrait même devoir envisager de rester plus longtemps sur le marché américain."   Suite...

 
Faute de pouvoir vendre ses parts de T-Mobile US à Sprint, ce dernier ayant renoncé face aux obstacles réglementaires, Deutsche Telekom doit faire un choix entre rester aux Etats-Unis, ce qui implique d'y investir, ou se désengager, éventuellement en acceptant l'offre d'Iliad. /Photo d'archives/REUTERS/Hannibal Hanschke