Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance

lundi 4 août 2014 14h01
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre lundi à la Bourse de Paris, où l'indice CAC 40 rebondit après avoir perdu 2,74% au cours des deux dernières séances de la semaine dernière.

A 13h10, le CAC 40 prend 0,76% à 4.234,87 points dans un marché sans relief où, selon des professionnels, il y a peu ou pas de raisons d'acheter.

La solution à la crise de BANCO ESPIRITO SANTO profite à l'ensemble des banques (+1,31%) qui signent la plus forte hausse sectorielle en Europe. Le sauvetage annoncé dans la nuit prévoit notamment de scinder l'établissement portugais en deux : une partie saine, recapitalisée à hauteur de 4,9 milliards d'euros, et une "bad bank" dont les pertes seront supportées par les détenteurs de dette subordonnée et les actionnaires.

* CRÉDIT AGRICOLE progresse de 2,23% après avoir chuté de près de 16% depuis le début de la crise de BES, début juin. Selon des professionnels, le sauvetage pourrait coûter cher à Crédit Agricole S.A. qui détient 14,6% de BES mais il est déjà intégré dans les cours de l'action. Crédit agricole publie mardi ses résultats du deuxième trimestre.

* BNP PARIBAS gagne 1,83%, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 1,33%.

* AXA conserve la tête du palmarès du CAC 40, plusieurs brokers ayant relevé leur conseil sur le titre du numéro deux de l'assurance en Europe après la publication vendredi de résultats semestriels supérieurs aux attentes et d'une stratégie améliorée, notamment sur la maîtrise de coûts.

  Suite...

 
Crédit Agricole SA, qui figure parmi les valeurs à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance, progresse de 2,23% après avoir chuté de près de 16% depuis le début de la crise de Banco Espirito Santo, début juin. Selon des professionnels, le sauvetage de la première banque portugaise pourrait coûter cher à l'établissement français qui y détient une participation mais la nouvelle est déjà intégrée dans les cours de l'action. A 13h10, le CAC 40 prend 0,76% à 4.234,87 points dans un marché sans relief. /Photo d'archives/REUTERS/Jean-Paul Pélissier