EDF confirme ses objectifs

jeudi 31 juillet 2014 11h39
 

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a confirmé jeudi ses objectifs pour 2014, malgré l'annulation d'une hausse de 5% des tarifs en France, après avoir vu ses résultats semestriels progresser grâce à la performance de son parc nucléaire.

L'électricien public, dont l'Etat français détient 84,5% du capital, vise toujours pour cette année un résultat brut d'exploitation (Ebitda) en croissance organique d'au moins 3% en excluant sa filiale italienne Edison, un objectif qui en outre n'intègre pas un rattrapage tarifaire à venir.

EDF a également redit son ambition de générer un flux de trésorerie (cash-flow) positif en 2018 après dividendes et en excluant le projet de compteur électrique "intelligent" Linky.

Le groupe a été pénalisé en Bourse ces dernières semaines par la décision de la ministre de l'Energie Ségolène Royal d'annuler la hausse de 5% des tarifs qui était prévue au 1er août et de procéder à une augmentation de moindre ampleur à l'automne, pas encore annoncée.

"Je ne me hasarderai pas à faire d'hypothèses ou de pronostics, en tout cas officiellement", a déclaré jeudi son PDG, Henri Proglio, lors d'une conférence avec la presse et les analystes.

"Je ne pense pas qu'il y ait de grand bouleversement à attendre des évolutions tarifaires futures dans le moyen terme, (mais) il peut y avoir des soubresauts à court terme", a-t-il ajouté.

Une hausse de 5% au 1er août des tarifs en France aurait eu un impact positif de 500 millions d'euros sur les résultats d'EDF du deuxième semestre, a également fait savoir le PDG.

Le directeur financier, Thomas Piquemal, a de son côté déclaré qu'un éventuel allongement de 40 à 50 ans de la durée d'amortissement des centrales nucléaires françaises d'EDF aurait un impact positif net d'environ 225 millions d'euros sur ses comptes du second semestre, soit la moitié du montant estimé en année pleine.   Suite...

 
EDF annonce jeudi des résultats en hausse au titre du premier semestre 2014. La performance de son parc nucléaire et la hausse de ses tarifs en France lui ont permis de compenser la météo défavorable du début d'année. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler