L'Argentine en défaut sur sa dette pour la 2e fois en 12 ans

jeudi 31 juillet 2014 18h12
 

par Eliana Raszewski et Sarah Marsh

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine s'est réveillée jeudi en situation de défaut sur sa dette pour la deuxième fois en douze ans après l'échec des négociations de la dernière chance avec deux fonds spéculatifs qui ont refusé de participer à la restructuration consécutive à la crise de 2001-2002.

Un juge américain avait ordonné fin juin à Buenos Aires de rembourser 1,33 milliard de dollars de créances détenues par les fonds NME (une unité du fonds Elliot Management) et Aurelius avant les 539 millions de dollars dus à d'autres créanciers, qui ont accepté eux de tirer un trait sur 70% de leurs créances totales lors des restructurations de 2005 et 2010.

Le secrétaire général du gouvernement argentin Jorge Capitanich a pressé les détenteurs de dette restructurée de se tourner vers la justice américaine afin qu'elle donne son feu vert à la reprise des versements.

La question posée désormais est celle de savoir si cette situation constitue un événement de crédit susceptible de déclencher le versement des montants prévus dans les CDS (Credit default swaps), des assurances censées prémunir les porteurs d'obligations contre une défaillance de l'émetteur.

L'International Swaps and Derivatives Association (ISDA), l'organisme chargé d'établir la survenance des événements de crédit a dit jeudi avoir reçu une première demande en ce sens.

Si cette requête est acceptée, un comité d'une quinzaine de membres se prononcera pour dire si le versement des montants prévus dans les CDS est envisageable. Selon des intervenants de marché, une décision pourrait être annoncée dès vendredi.

Selon Credit Suisse, il est probable que les versements soient déclenchés, mais cette opinion n'est pas unanime.

Emiliano Surballe, analyste chez Julius Baer, souligne que la situation a été provoquée par une décision de justice et "non par l'impossibilité d'un pays de transférer les fonds nécessaires à un remboursement de dette."   Suite...

 
Graffiti "Non au paiment de la dette" dans une rue de Buenos Aires. L'Argentine s'est retrouvée jeudi en situation de défaut sur sa dette pour la deuxième fois en douze ans après l'échec des négociations de la dernière chance avec deux fonds spéculatifs qui ont refusé de participer à la restructuration consécutive à la crise de 2001-2002. /Photo prise le 31 juillet 2014/REUTERS/Marcos Brindicci