Wall Street finit sur une note indécise après la Fed

mercredi 30 juillet 2014 22h22
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini sur une note irrégulière mercredi, les investisseurs se demandant comment interpréter les déclarations de la Réserve fédérale, qui se montre à la fois plus optimiste pour l'économie américaine tout en réaffirmant la nécessité d'une politique monétaire extrêmement accommodante.

L'indice Dow Jones a cédé 0,19%, soit 31,75 points à 16.880,36, les actions Coca-Cola (-1,81%), UnitedHealth (-1,57%), Caterpillar (-1,25%) et DuPont (-1,22%) accusant les plus fortes baisses.

Le S&P-500, plus large, a en revanche gagné 0,12 point, soit 0,01%, à 1.970,07. Et le Nasdaq Composite, porté une nouvelle fois par le secteur des bioctechnologies, a avancé de son côté de 20,20 points (+0,45%) à 4.462,90.

L'indice regroupant les valeurs biotechnologiques du Nasdaq a progressé de 1,03%, à la faveur notamment de la hausse de 5,43% du titre Amgen après que le numéro un du secteur a fait état d'un bénéfice trimestriel meilleur que prévu, tout en annonçant un relèvement sensible de ses prévisions et des suppressions de postes.

La hausse la plus notable du jour est à mettre à l'actif de Twitter, dont l'action s'est envolée de 19,98% à 46,30 dollars après que le site de micro-blogging a dit mardi que le nombre mensuel d'usagers actifs avait augmenté plus que prévu au deuxième trimestre.

La Réserve fédérale américaine s'est montrée plus optimiste sur l'état de l'économie américaine mercredi et a également pris acte d'une baisse du taux de chômage et d'une évolution du niveau d'inflation vers son objectif fixé pour le long terme.

Ceci étant dit, à l'issue d'une réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la Fed s'est à nouveau montrée préoccupée par une situation de sous-utilisation des capacités sur le marché de travail. Ce constat l'a amenée à réaffirmer qu'il n'y avait aucune urgence à relever les taux d'intérêt.

Comme prévu, la banque centrale de la première puissance économique mondiale a ramené le montant mensuel de son programme d'assouplissement quantitatif ("QE3"), censé stimuler la conjoncture, à 25 milliards de dollars, contre 35 milliards précédemment.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS