Rexel abaisse ses objectifs 2014

mercredi 30 juillet 2014 12h31
 

PARIS (Reuters) - Rexel a abaissé mercredi ses objectifs de croissance organique et de marge pour cette année après des résultats légèrement en deçà des attentes au deuxième trimestre, marqué par un environnement difficile, en particulier en France.

Le numéro un mondial de la distribution de matériel électrique anticipe désormais des ventes quasiment stables cette année par rapport à 2013 en données comparables et à nombre de jours constant, soit dans le bas de la fourchette précédemment annoncée de -1% à +2%.

La marge avant intérêts, impôts et amortissement (Ebita) ajusté devrait atteindre au moins 5% des ventes, contre une prévision précédente de variation comprise entre -10 et +20 points de base par rapport aux 5,4% de 2013.

Dans son communiqué de résultats, Rexel explique cet abaissement de l'objectif de rentabilité par "des effets de mix défavorables sur la marge brute et l'impact de coûts plus élevés de transformation de (son) activité et d'investissements accrus pour accélérer la croissance rentable".

Le groupe a en revanche maintenu sa prévision d'une génération de cash-flow d'au moins 75% de l'Ebitda avant intérêts et impôts et d'un taux de distribution d'au moins 40% du résultat net.

En réaction à ces annonces, l'action Rexel a touché un nouveau plus bas de l'année à 14,80 euros dans les premiers échanges à la Bourse de Paris, avant de regagner une partie du terrain perdu. A 12h, elle s'échange à 14,975 euros (-3,82%), affichant un repli de 27% par rapport à son plus haut de l'année atteint le 20 janvier à 20,55 euros.

LA FRANCE PÈSE

L'Ebita ajusté est ressorti à 167,4 millions d'euros au deuxième trimestre contre 179,8 millions attendus par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. La marge sur Ebita ajusté s'établit à 5,2% en baisse de 30 points de base par rapport à la période correspondante de 2013.   Suite...

 
Rexel a abaissé ses objectifs de croissance organique et de marge pour cette année après des résultats légèrement en deçà des attentes au deuxième trimestre, marqué par un environnement difficile, en particulier en France. Le groupe a en revanche maintenu sa prévision d'une génération de cash-flow d'au moins 75% de l'Ebitda avant intérêts et impôts et d'un taux de distribution d'au moins 40% du résultat net. /Photo d'archives/REUTERS