29 juillet 2014 / 16:03 / il y a 3 ans

Les Bourses européennes ont terminé en hausse

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en hausse mardi, des résultats d'entreprise jugés positifs - comme ceux de GKN ou d'Orange - ayant relégué au second plan les risques que comporte pour la région le durcissement des sanctions prises à l'égard de la Russie en raison de son rôle supposé dans la crise ukrainienne.

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 0,48% (+20,81 points) à 4.365,58 points. Le Footsie britannique a pris 0,29% et le Dax allemand 0,58%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,6% et le FTSEurofirst 300 de 0,26%.

Après avoir entamé la séance sur une hausse modérée, Wall Street se montrait plus indécise au moment de la clôture des Bourses européennes, avec un Dow Jones et un S&P 500 accusant un modeste repli et un Nasdaq affichant de légers gains.

Sur le marché des changes, le dollar a atteint un nouveau pic de huit mois face à l'euro, à la faveur de l'anticipation, d'une part, d'une possible accélération du durcissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale à l'issue de la réunion de deux jours se terminant mercredi, et, d'autre part, de chiffres de PIB, également attendus mercredi, montrant un vif rebond de la croissance des Etats au deuxième trimestre.

La monnaie unique pâtit peut-être également de la perspective de nouvelles mesures de rétorsion à l'égard de la Russie : les pays membres de l'Union européenne sont parvenus à un accord sur des sanctions économiques contre Moscou, ciblant les secteurs du pétrole, de la défense, des biens à double usage et des technologies sensibles.

"On comprend pourquoi l'élan du marché actions reste soutenu malgré les risques géopolitiques. C'est le fait de résultats meilleurs que prévu", a déclaré Michael Jarman, chargé de la stratégie actions chez H2O Markets.

GKN a affiché la plus forte hausse de l'indice Stoxx 600, avec un bond de 6,67%, après que le groupe d'ingénierie britannique a dégagé un bénéfice semestriel supérieur aux attentes grâce notamment à sa division équipements automobiles.

Les actions Orange (+1,82%) et Next (+2,61%) ont également profité de résultats meilleurs que prévu.

A la baisse, Renault a cédé 4,63%, repli le plus marqué de l'indice Stoxx 600, le chiffre d'affaires et la génération de trésorerie du constructeur automobile ayant été en deçà des attentes des analystes financiers.

Les cours du pétrole s'inscrivaient en baisse malgré les tensions en Ukraine et au Moyen-Orient et ce en raison essentiellement d'une situation de surabondance de l'offre.

Sur le marché obligataire, les rendements des obligations souveraines de nombre d'Etats de la zone euro - y compris celles émises par l'Espagne et l'Italie - sont tombés à un point bas record, les intervenants évoquant notamment un afflux de liquidités sur le marché.

Certains analystes parient par ailleurs sur la persistance d'une inflation basse dans la zone euro, évolution qui plaiderait en faveur de rachats d'actifs par la Banque centrale européenne (BCE).

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below