Wall Street finit étale après un nouveau record du S&P

jeudi 24 juillet 2014 22h40
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street s'est essoufflée en clôture jeudi, sa marche en avant freinée par une statistique décevante sur le marché immobilier et des résultats de sociétés contrastés, mais l'indice Standard & Poor's-500 a pu atteindre un plus haut record pour la troisième séance consécutive.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a cédé 2,83 points, soit 0,02%, à 17.083,80 points, loin de son plus haut du jour à 17.119 points. Le S&P-500 a conservé une légère avance de 0,97 point, soit 0,05%, à 1.987,98 points, assez pour inscrire une nouvelle clôture record.

En séance, l'indice de référence des gérants américains a atteint un nouveau pic absolu à 1.991,39 points, à 0,4% seulement du seuil psychologique des 2.000 points.

Le Nasdaq Composite a abandonné de son côté 1,59 point (0,04%) à 4.472,11 points malgré une envolée de plus de 5% de Facebook.

Des indicateurs positifs en Chine et en Europe, l'annonce d'inscriptions hebdomadaires au chômage au plus bas depuis 2006 aux Etats-Unis ainsi que le nouveau record de Facebook après de solides résultats trimestriels ont poussé le marché à la hausse à l'ouverture mais la statistique des ventes dans l'immobilier neuf est ensuite venue refroidir les ardeurs.

Les ventes de logements neufs ont chuté de 8,1% en juin, leur plus forte baisse depuis près d'un an, et la hausse de mai a été revue en nette baisse.

"Le marché immobilier est le point noir de la reprise, celui qui nous empêche d'être en plein conte de fées avec les bons résultats de sociétés et indicateurs qu'on a actuellement", commente Peter Kenny, stratégiste chez Clearpool Group à New York.

De plus, les signes assez nets de redressement du marché du travail font craindre une normalisation plus rapide de la politique monétaire de la Réserve fédérale, ajoute-t-il.

Alors que les économistes les attendaient en hausse, les inscriptions au chômage de la semaine dernière ont reculé à 284.000, au plus bas depuis février 2006.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS