Poste Italiane met des conditions à l'accord Etihad sur Alitalia

lundi 21 juillet 2014 23h22
 

par Massimiliano Di Giorgio et Agnieszka Flak

ROME/MILAN (Reuters) - La Poste italienne est prête à investir encore dans la compagnie aérienne Alitalia mais à condition de ne pas reprendre à son compte les dettes passées de l'entreprise en grande difficulté, ont dit lundi trois sources proches du dossier.

Cette position de Poste Italiane pourrait remettre en cause le projet de rachat de 49% dans Alitalia par Etihad Airways, opération présentée comme étant celle de la dernière chance pour le transporteur.

Fin juin, Etihad, compagnie aérienne publique basée à Abou Dhabi, avait annoncé avoir accepté les principales modalités et conditions du rachat d'une participation de 49% dans Alitalia.

Et, vendredi, Poste Italiane, deuxième actionnaire d'Alitalia à hauteur de près de 20%, avait dit avoir décidé de participer au projet d'Etihad.

"(La position de Poste Italiane sur les dettes passées) représente un obstacle important à un accord (définitif) (...)", a dit une des sources citées, ajoutant que des réunions étaient prévues dans les jours à venir pour tenter de sortir de l'impasse.

Le directeur général d'Etihad a déclaré la semaine dernière que l'accord pourrait être bouclé ce mois-ci mais a averti que des réductions d'effectifs seraient nécessaires pour rentabiliser Alitalia.

Un rapprochement avec Etihad est vu comme la dernière chance de survie d'Alitalia, qui n'a été bénéficiaire qu'à quelques reprises tout au long de ses 68 années d'existence, ayant été renflouée à plusieurs reprises par l'Etat avant d'être privatisée en 2008.

L'an dernier, le gouvernement avait dû orchestrer un renflouement d'Alitalia à hauteur de 500 millions d'euros mais la compagnie est aujourd'hui menacée de se trouver à court de liquidités dès le mois d'août si elle ne trouve pas de nouveaux investisseurs.   Suite...

 
La Poste italienne est prête à investir encore dans la compagnie aérienne Alitalia mais à condition de ne pas reprendre à son compte les dettes passées de l'entreprise en grande difficulté, selon trois sources proches du dossier. Cette position de Poste Italiane pourrait remettre en cause le projet de rachat de 49% dans Alitalia par Etihad Airways. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi