Les Bourses européennes clôturent dans le rouge, Paris cède 0,71%

lundi 21 juillet 2014 18h26
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en baisse lundi, affectée par la crise ukrainienne et par les ventes publiées la semaine dernière par Peugeot, qui brossent un tableau médiocre de la demande dans les pays émergents.

Cinq mois de conflit en Ukraine n'ont fait qu'accroître les difficultés d'exportateurs déjà soumis à des fluctuations de change défavorables. L'offensive israélienne dans la bande de Gaza ne contribue pas, elle non plus, à rassurer les esprits.

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,71% (30,57 points) à 4.304,74 points. Le Footsie britannique a cédé 0,31% et le Dax allemand 1,11%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 lâche 0,86% et le FTSEurofirst 300 0,49%.

Des combats ont éclaté lundi dans le centre de Donetsk, ville de l'est de l'Ukraine tenue par les séparatistes pro-russes qui affirment que l'armée ukrainienne tente ainsi de reprendre la ville.

Au Moyen-Orient, les forces israéliennes ont annoncé avoir abattu dix activistes palestiniens qui tentaient de passer en Israël par deux tunnels creusés sous la frontière avec la bande de Gaza, et le bilan global des combats depuis le début du conflit le 8 juillet dépasse désormais les 500 morts.

Dans ce contexte géopolitique troublé, le yen et le franc suisse ont progressé, tout comme l'once d'or qui a dépassé les 1.300 dollars -encore que cette dernière soit pratiquement inchangée en fin d'après-midi- ainsi que les marchés obligataires européen et américain, tout au moins les échéances les plus longues de ces deux derniers.

Sectoriellement, l'indice européen de l'automobile accuse la plus forte perte du jour, de 1,16%. PSA Peugeot Citroën a fait état jeudi d'une hausse de 5,5% de ses ventes en volume au premier semestre, la reprise en Europe et la vigueur du marché chinois compensant les difficultés persistantes du groupe sur plusieurs marchés émergents.

L'action Peugeot a perdu 3,74%, précisément en raison des contreperformances du constructeur chez les émergents, et constitue l'une des plus fortes pertes au sein de l'indice EuroStoxx 600. Ses homologues Renault et Volkswagen ont cédé 1,45% et 1,17% respectivement.

Au contraire, Julius Baer, avec un gain de 8,34%, est la plus forte hausse des indices EuroStoxx 600 et FTSEurofirst 300.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES