Wall Street rebondit en clôture, Google grimpe

vendredi 18 juillet 2014 22h55
 

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a nettement rebondi vendredi en clôture après avoir accusé la veille sa plus forte baisse depuis le 10 avril, dans un marché qui reste néanmoins très préoccupé par les tensions internationales en Ukraine et dans la bande de Gaza.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a réclamé vendredi une enquête internationale sur la destruction du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui s'est écrasé jeudi dans une zone de conflit de l'est de l'Ukraine, faisant 298 morts.

Le président américain Barack Obama a déclaré que l'avion de ligne, qui assurait un vol Amsterdam-Kuala Lumpur, avait été abattu par un missile tiré d'un secteur contrôlé par les séparatistes pro-russes.

Par ailleurs, l'armée israélienne a intensifié son offensive terrestre dans la bande de Gaza, mobilisant artillerie, chars d'assaut et infanterie pour tenter de porter un nouveau coup aux forces du Hamas.

L'indice Dow Jones a fini en hausse de 123,37 points, soit 0,73%, à 17.100,18 points. Le S&P-500, plus large, a pris 20,10 points, soit 1,03%, à 1.978,22. Le Nasdaq Composite a avancé de 68,70 points (+1,57%) à 4.432,15. Sur la semaine, le Dow a pris 0,9%, le S&P 0,5% et le Nasdaq 0,4%.

L'indice CBOE de volatilité, ou "indice de la peur", a reperdu 16% à 12,21 points, après avoir bondi de 32% la veille à 14,54, sa plus forte hausse depuis avril 2013, tout en restant sous sa moyenne historique qui se situe autour de 20.

"A priori, (le rebond) semble surprenant étant donné le caractère impitoyable du courant de ventes sur le marché hier, mais le contexte plus large laisse émerger de nombreux thèmes d'achat", estime Peter Kenny (Clearpool Group à New York).

"Nous avons une économie en croissance - de nombreux indicateurs le confirment - nous sommes en pleine saison des résultats (...) et les nouvelles (géopolitiques) de ces derniers jours ont certes une importance capitale, mais elles ne déterminent pas les décisions d'investissement", ajoute-t-il.

  Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS