La justice portugaise enquête sur l'empire Espirito Santo

vendredi 18 juillet 2014 16h39
 

LISBONNE (Reuters) - Des enquêtes sont en cours au Portugal sur la galaxie familiale Espirito Santo, principale actionnaire de la banque BES, tandis que Portugal Telecom prépare une action en justice contre l'une des holdings du groupe après un défaut de paiement sur un prêt.

L'empire familial est en déroute depuis les révélations sur des irrégularités comptables au sein de holdings du groupe qui ont également déstabilisé Banco Espirito Santo (BES), la plus grande banque cotée du pays, en raison de potentielles pertes.

"Le ministère public suit la situation, et depuis le début recueille tous les éléments qui ont été rendus publics et déterminera leur éventuelle qualification pénale", écrit le cabinet du procureur général dans un courriel à Reuters.

"Il y a des enquêtes en cours sur cette affaire qui sont même antérieures aux informations de presse de ces dernières semaines".

Rioforte, l'une des holdings du groupe familial, n'a pas honoré une dette de 847 millions d'euros auprès de Portugal Telecom, arrivée à échéance mardi. Le défaut de paiement a obligé l'opérateur à réduire sa participation dans la société issue de sa fusion avec le brésilien Oi.

Selon des sources proches du dossier, les dirigeants de PT, dans lequel la famille Espirito Santo détient une participation importante, savaient que le groupe rencontrait des difficultés au moment où ils ont accordé ce prêt en avril.

Interrogé sur l'éventualité qu'une enquête soit en cours sur l'investissement de PT dans Rioforte, le ministère public n'a pas souhaité répondre, expliquant qu'il suivait la situation du groupe dans son ensemble.

Des sources ont rapporté à Reuters que PT envisageait de poursuivre BES en raison du défaut de paiement parce que la dette avait été achetée avec des fonds déposés sur des comptes de la banque et était considéré comme sans risque par l'opérateur.

  Suite...

 
Des enquêtes sont en cours au Portugal sur la galaxie familiale Espirito Santo, principale actionnaire de la banque BES, tandis que Portugal Telecom prépare une action en justice contre l'une des holdings du groupe après un défaut de paiement sur un prêt. /Photo prise le 11 juillet 2014/REUTERS/Rafael Marchante