Bénéfice de General Electric en hausse de 13% au 2e trimestre

vendredi 18 juillet 2014 17h11
 

par Lewis Krauskopf

(Reuters) - General Electric a publié vendredi un bénéfice net trimestriel en hausse de 13% grâce à la croissance de ses ventes de moteurs d'avions et d'équipements pour le secteur du pétrole et du gaz et dit qu'il envisageait une introduction en Bourse de son activité de carte de crédit à la fin du mois.

Le conglomérat industriel américain veut lancer une IPO partielle de son activité de crédit à la consommation en Amérique du Nord, qui prendra le nom de Synchrony Financial, dans l'optique de s'en dessaisir et de rationaliser sa filiale financière GE Capital.

Synchrony Financial a dit qu'elle comptait lever dans les 3,25 milliards de dollars à l'occasion de son IPO. Cette dernière, portant sur 125 millions de titres, serait mise à prix entre 23 et 26 dollars pièce, ajoute-t-elle, dans un document remis à la Securities and Exchange Commission (SEC).

L'IPO valoriserait donc Synchrony Financial à 21,6 milliards de dollars au plus, alors que des banquiers l'estimaient à 16-18 milliards de dollars. La division Consumer Finance de GE verra sa participation ramenée de 100% à 85% à l'issue de l'opération.

Le PDG Jeffrey Immelt veut que le volet industriel du groupe contribue au bénéfice à hauteur de 75% en 2016 contre 55% l'an passé, ce qui explique l'opération réalisée avec Alstom le mois dernier.

A ce sujet, GE a précisé dans un communiqué que l'alliance avec Alstom, dont il rachètera une partie des activités dans l'énergie pour 16,9 milliards de dollars, devrait avoir un impact positif sur ses résultats dès l'an prochain et contribuer à son bénéfice par action à hauteur de six à neuf cents en 2016.

Les analystes tablent pour 2016 sur un BPA total de 1,97 dollar.

  Suite...

 
General Electric annonce une hausse de 13% de son bénéfice net trimestriel, soutenu par la croissance de ses ventes de moteurs d'avions et d'équipements pour le secteur du pétrole et du gaz. /Photo prise le 23 juin 2014/REUTERS/Vincent Kessler