Wall Street en baisse avec le regain de tensions en Ukraine

jeudi 17 juillet 2014 23h01
 

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse jeudi, réagissant comme les places européennes à la destruction d'un avion de ligne malaisien au-dessus de l'Ukraine et au durcissement des sanctions occidentales contre la Russie, deux nouvelles qui ont fait brusquement remonter la volatilité et l'aversion au risque sur les marchés.

La destruction du Boeing de la Malaysia Airlines a fait 295 morts, aggravant brutalement la tension dans le conflit entre Kiev et les rebelles pro-russes qui se sont mutuellement accusés d'avoir abattu l'appareil.

L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs, qui avait fini sur un record mercredi, est retombé de 161,39 points ou 0,94% à 16.976,81 et le Standard & Poor's-500 a perdu 23,45 points (1,18%) à 1.958,12, sa plus forte baisse en pourcentage depuis le 10 avril.

Le Nasdaq Composite, à forte pondération technologique, a lâché 62,52 points (1,41%) à 4.363,45.

Signe de la nervosité des investisseurs, l'indice CBOE de la volatilité a bondi de 32% à 14,54 points, sa plus forte hausse depuis avril 2013, tandis que l'once d'or s'adjugeait 1,5% à la faveur d'achats refuge qui ont aussi profité aux obligations.

Sur le marché pétrolier, le brut léger américain a fini en hausse de près de 2%.

Avant même le drame de l'avion de Malaysia Airlines, les nouvelles sanctions contre Moscou avaient pesé sur les marchés actions dans la crainte de répercussions sévères pour les économies et les entreprises européennes. L'indice RTS de la Bourse de Moscou a perdu 3,8% et le rouble a chuté de 1,8% face au dollar, sa plus forte baisse depuis juin 2013.

"On a commencé la journée avec une situation géopolitique incertaine et tout à coup on a cette tragédie", commente Art Hogan, stratégiste chez Wunderlich Securities à New York. "Le marché déteste l'incertitude, et c'est exactement ce qu'on a aujourd'hui."

Les nouvelles en provenance d'Ukraine ont éclipsé les nouvelles en provenance des entreprises américaines qui avaient soutenu le marché jusqu'à la mi-séance. Et peu avant la clôture, Israël a ajouté aux tensions en annonçant le début d'une offensive terrestre à Gaza.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS