Volkswagen et Fiat Chrysler démentent discuter fusion

jeudi 17 juillet 2014 17h45
 

BERLIN (Reuters) - Volkswagen et Fiat Chrysler Automobiles ont démenti jeudi les informations de presse faisant état de discussions en vue d'un rachat du constructeur automobile italien par le groupe allemand.

Citant des sources du secteur non identifiées, le mensuel allemand Manager Magazin rapporte sur son site internet que le président du conseil de surveillance de Volkswagen, Ferdinand Piech, a discuté avec les dirigeants de Fiat Chrysler d'un rachat de tout ou partie du groupe.

Les actionnaires actuels de Fiat veulent se recentrer sur la marque de luxe Ferrari et se désengager des activités grand public, explique le magazine, sans plus de précision.

Un porte-parole de VW a déclaré qu'aucune acquisition n'était actuellement à l'agenda du premier constructeur automobile européen, concentré sur l'amélioration de son efficacité.

La holding de la famille Agnelli, Exor, qui détient 30% de Fiat Chrysler, a également démenti que des discussions aient eu lieu, tout comme le constructeur italien.

L'action Fiat gagnait 2,17% à 7,7650 euros vers 14h45 GMT à la Bourse de Milan, après un plus haut à 7,99 euros. A Francfort, le titre Volkswagen perdait 1,69% au même moment à 185,90 euros.

Martin Winterkorn, le président du directoire du groupe allemand, avait déclaré en mars, lors de la conférence de presse annuelle du groupe, que VW n'avait aucun projet de croissance externe et qu'il privilégiait l'intégration de son réseau, qui regroupe déjà 12 marques.

Volkswagen disposait fin mars d'un trésor de guerre de près de 18 milliards d'euros mais a depuis pris le contrôle de sa filiale de poids-lourds Scania pour 6,7 milliards d'euros.

Plus que par la croissance externe, Volkswagen semble davantage préoccupé par sa rentabilité pour concurrencer Toyota (7203.T: Cotation) et prévoit de réduire les coûts de sa marque éponyme d'environ cinq milliards d'euros par an à partir de 2017.   Suite...

 
Volkswagen et Fiat Chrysler Automobiles ont démenti les informations de presse faisant état de discussions en vue d'un rachat du constructeur automobile italien par le groupe allemand. /Photo d'archives/REUTERS/Paulo Whitaker