La croissance chinoise atteint 7,5% mais reste fragile

mercredi 16 juillet 2014 12h24
 

par Kevin Yao et Xiaoyi Shao

PEKIN (Reuters) - La croissance chinoise a été légèrement supérieure aux attentes au deuxième trimestre, à 7,5% sur un an, grâce aux mesures de soutien à l'activité adoptées par les autorités mais celles-ci pourraient devoir être prolongées, voire amplifiées, si Pékin veut atteindre son objectif 2014.

Économistes et analystes restent en effet prudents sur les perspectives de la deuxième économie mondiale en notant que la petite accélération du produit intérieur brut (PIB) sur avril-juin reflète davantage l'impact des politiques publiques qu'une véritable reprise, comme l'illustre l'envolée inattendue des prêts accordés par les banques publiques en juin.

La croissance enregistrée au deuxième trimestre est légèrement supérieure à celle du premier (+7,4% en rythme annuel) alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient inchangée.

Le chiffre de janvier-mars, le plus faible enregistré depuis un an et demi, avait incité Pékin à prendre une série de mesures de soutien pour compenser le ralentissement des exportations et celui du marché immobilier.

"La reprise dépend pour une bonne part du soutien gouvernemental. Je pense donc que les autorités ont le choix entre tolérer une croissance plus faible et augmenter leurs soutiens pour atteindre leur objectif de croissance", a commenté Chang Jian, de Barclays Capital à Hong Kong.

La hausse inattendue des prêts bancaires en juin -à 1.080 milliards de yuans, un niveau supérieur de près de 20% aux attentes du marché- a été perçue comme le reflet de l'inquiétude des autorités face au ralentissement de l'activité et de leur détermination à tout faire pour atteindre l'objectif de 7,5% de croissance fixé pour l'ensemble de cette année.

UNE SITUATION "COMPLIQUÉE" RECONNAÎT PÉKIN   Suite...

 
A Pékin. Le produit intérieur brut de la Chine a progressé de 7,5% en rythme annuel au deuxième trimestre, alors  que les analystes tablaient sur une hausse de 7,4%. /Photo prise le 16 juillet 2014/REUTERS/Kim Kyung-Hoon