Casino, porté par l'international, fait mieux chez Géant

mardi 15 juillet 2014 20h46
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Casino a fait mieux qu'attendu au deuxième trimestre, porté par une forte progression de ses ventes à l'international et par une nouvelle amélioration dans ses hypermarchés Géant, qui récoltent les fruits des baisses massives de prix opérées pour regagner des parts de marché perdues en France.

Les ventes du distributeur ont totalisé 11,9 milliards d'euros, un chiffre supérieur aux 11,8 milliards attendus par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, signant une croissance organique hors essence et effets calendaires de 6,5%, après 6,6% au premier trimestre.

Impacté par des effets de changes défavorables liées à la baisse des devises d'Amérique latine et du baht thaïlandais, le chiffre d'affaires recule de 1,3% en données publiées.

Casino, qui réalise environ 60% de son chiffre d'affaires dans les pays émergents et qui contrôle Grupo Pao de Açucar (GPA), premier distributeur brésilien, a vu ses ventes au Brésil progresser de 9,8% en données comparables, après une hausse de 8,7% au premier trimestre.

Le groupe dit se préparer à un environnement plus difficile dans le pays, dont la croissance économique ralentit. "On ne peut pas dire qu'il n'existe pas de risque de décélération au Brésil. Il faut se préparer et avoir la meilleure exécution possible", a souligné Antoine Giscard d'Etstaing, le directeur financier, lors d'une conférence téléphonique.

En Thaïlande, la dynamique de BigC (+4,6% après +3,3%) s'est accélérée malgré les troubles politiques qui ont agité le pays.

En France, dans un environnement qualifié de "toujours difficile", Casino a stabilisé ses ventes (-0,2% en données organique) grâce à ses hypermarchés Géant (24% des ventes dans l'Hexagone) qui ont entamé leurs baisses de prix en septembre 2012 et qui récoltent les fruits de ce repositionnement.

Leurs ventes ont progressé de 1,1% à données comparables, après une stabilisation (+0,1%) au premier trimestre.   Suite...

 
Casino a fait mieux qu'attendu au deuxième trimestre, porté par une forte progression de ses ventes à l'international et une nouvelle amélioration dans ses hypermarchés en France. Les ventes du distributeur ont totalisé 11,9 milliards d'euros, un chiffre supérieur aux 11,8 milliards attendus par le consensus Thomson Reuters I/B/E/S. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau