Les valeurs à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance

mardi 15 juillet 2014 13h41
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs à suivre mardi à la Bourse de Paris, en baisse à la mi-journée, plombée par les valeurs technologiques après un avertissement de Software AG et par les financières dans le sillage de la chute de Banco Espirito Santo.

A 13h12, l'indice CAC 40 perd 0,47% à 4.329,55 points.

* Le SECTEUR TECHNOLOGIQUE EUROPÉEN (-1,14%) accuse la plus forte baisse sectorielle en Europe dans le sillage de l'éditeur allemand de logiciels pour entreprises Software AG <SOWG.DE< (-17,2%), tombé à un plus bas de près de cinq ans en Bourse après avoir réduit sa prévision de chiffre d'affaires de sa principale division, en raison du retard pris dans certains projets au deuxième trimestre.

CAPGEMINI recule de 2,31%, plus forte baisse du CAC 40, et ATOS abandonne 0,74%. INGENICO perd 3,38% et ALTEN 2,43%, plus fortes baisses du SBF 120.

De son côté, ALCATEL-LUCENT lâche 1,48%. Deutsche Bank estime également dans une note que de nouveaux effets favorables liés aux économies réalisées par l'équipementier télécoms devraient prendre plus de temps maintenant après le "bon travail" réalisé pour ajuster les coûts en 2013 et au premier trimestre 2014.

* Les VALEURS BANCAIRES européennes perdent 0,71% avec la première banque cotée portugaise Banco Espirito Santo (-10,11%), qui a touché un nouveau plus bas historique, dans un climat d'inquiétude persistante concernant son exposition aux sociétés en difficultés de la famille fondatrice.

SOCIETE GENERALE recule de 1,46%, BNP PARIBAS de 1,12% et CREDIT AGRICOLE de 0,83%. Hors CAC, NATIXIS se replie de 1,79%.   Suite...

 
PSA Peugeot Citroën à suivre à la Bourse de Paris à la mi-séance. Le groupe automobile est en tête des hausses du SBF 120 et du secteur automobile européen (+0,19%), soutenue par l'optimisme de JPMorgan sur la trésorerie du constructeur et la confirmation de ses objectifs annoncés en avril. A 13h12, l'indice CAC 40 perd en revanche 0,47% à 4.329,55 points. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau