L'A330neo d'Airbus sonne le glas de l'A350-800

lundi 14 juillet 2014 15h28
 

par Tim Hepher et Cyril Altmeyer

FARNBOROUGH Royaume-Uni (Reuters) - Airbus a dévoilé lundi l'A330neo, version remotorisée de son long-courrier vedette, reconnaissant de fait que la plus petite des trois versions de son futur A350, l'A350-800, n'aurait plus de raison d'être.

Annoncée dès l'ouverture du Salon aéronautique de Farnborough, près de Londres, la décision très attendue de l'avionneur européen de doter l'A330 de moteurs plus économes en carburant de Rolls-Royce vise à préserver ses parts de marché face au nouveau 787 de Boeing.

L'A330, entré en service il y a 20 ans, a bénéficié d'un regain de commandes à la suite des délais subis par le 787 de Boeing. Les livraisons de l'A330neo, dont Airbus assure qu'il permettra aux compagnies de réduire de 14% le coût d'exploitation par siège, devraient débuter au quatrième trimestre 2017.

Le loueur Air Lease Corporation (ALC) est le premier client de l'A330neo avec une commande de 25 unités, ainsi que 60 A321neo, soit une commande totale estimée par Airbus à 14,1 milliards de dollars (10,3 milliards d'euros).

La président exécutif d'Airbus, Fabrice Brégier, a estimé pouvoir engranger jusqu'à 100 commandes de l'A330neo à Farnborough.

Airbus estime pouvoir atteindre au moins un millier de commandes pour ces modèles, mais Boeing évalue ce segment de marché à environ 400 avions sur une période assez courte. "L'A330neo pourrait potentiellement offrir le bon équilibre entre réduction de la consommation de carburant et baisse du coût d'acquisition", estime Rob Morris, consultant chez Flightglobal Ascend. "Il reste à savoir si l'équation économique et le moment choisi pour le lancer suffiront pour détourner les clients du 787".

AIRBUS ESPÈRE PLUS DE 1000 COMMANDES D'A330NEO   Suite...

 
Parade aérienne à l'ouverture du Salon aéronautique de Farnborough, près de Londres. Airbus y a dévoilé lundi l'A330neo, version remotorisée de son long-courrier vedette, reconnaissant de fait que la plus petite des trois versions de son futur A350, l'A350-800, n'aurait plus de raison d'être. /Photo prise le 14 juillet 2014/REUTERS/Kieran Doherty