11 juillet 2014 / 14:53 / il y a 3 ans

Les cigarettiers américains Reynolds et Lorillard discutent fusion

Le cigarettier américain Reynolds American a confirmé vendredi être en discussions pour racheter son concurrent Lorillard lors d'une transaction qui inclurait la cession de certaines marques et actifs au britannique Imperial Tobacco. /Photo d'archives/Michaela Rehle

LONDRES (Reuters) - Le cigarettier américain Reynolds American a confirmé vendredi être en discussions pour racheter son concurrent Lorillard lors d'une transaction qui inclurait la cession de certaines marques et actifs au britannique Imperial Tobacco.

Dans un communiqué confirmant des informations précédemment rapportées par Reuters, le numéro deux du secteur aux Etats-Unis, qui possède notamment les marques Camel et Pall Mall, a déclaré que ces discussions s'inscrivaient dans sa stratégie d'évaluation de ses options en vue d'accroître sa valeur actionnariale.

Avec Lorillard, dont la capitalisation boursière atteint 22,9 milliards de dollars, Reynolds mettrait la main sur les cigarettes menthol Newport et la cigarette électronique blu.

Surtout, l'opération lui permettrait de former un puissant concurrent au numéro un américain Altria, propriétaire de la marque Marlboro, sur l'un des marchés de la cigarette le plus important et le plus rentable au monde malgré son déclin à mesure que de plus en plus d'Américains arrête de fumer.

"Reynolds obtiendrait à la fois une marque exceptionnelle avec Newport" estime Philip Gorham, analyste chez Morningstar, qui souligne que le groupe récupérerait au passage un intéressant portefeuille de brevets. "C'est une bonne opération au niveau stratégique, reste à savoir combien ils vont payer."

Chez Wells Fargo, l'analyste Bonnie Herzog estime que Reynolds pourrait payer une prime d'environ 20% par rapport au dernier cours de clôture de Lorillard, à 63,09 dollars, ce qui valoriserait le groupe 27,2 milliards de dollars.

IMPERIAL POURRAIT RACHETER LES MARQUES KOOL ET SALEM

L'industrie du tabac est confrontée à une baisse des ventes en volumes sur de nombreux marchés matures en raison d'une prise de conscience sanitaire et d'économies moroses. Néanmoins, le prix élevé des cigarettes en font l'un des produits de consommation les plus rentables et la cigarette électronique connaît un essor rapide malgré des menaces de réglementation accrue.

British American Tobacco (BAT), qui détient 42% de Reynolds, a déclaré que si l'opération aboutissait, il l'appuierait en souscrivant de nouvelles actions Reynolds pour maintenir le niveau de sa participation.

Reynolds, Lorillard et BAT, qui ont dit n'avoir aucune certitude sur les chances de succès des négociations.

Dans la matinée, Imperial, connu pour ses marques Gauloises et Davidoff, avait annoncé être en discussions avec Reynolds et Lorillard en vue du rachat de certains actifs que les groupes américains pourraient céder.

Une source proche des discussions a déclaré qu'Imperial cherchait environ 7 milliards de dollars de lignes de crédit dans l'hypothèse où il rachèterait les marques Kool et Salem que Reynolds pourrait céder en vue d'obtenir le blanc seing des autorités de la concurrence à une fusion avec Lorillard.

"De notre point de vue, cette transaction sera très positive pour l'industrie mondiale du tabac et pourrait n'être que le début de futurs opérations avec la cigarette électronique comme catalyseur sous-jacent", a déclaré Bonnie Herzog de Wells Fargo.

Kate Holton, Wilfrid Exbrayat et Mathilde Gardin pour le service français, édité par Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below