July 9, 2014 / 5:13 PM / 3 years ago

Lufthansa envisage des vols long-courriers "low cost"

5 MINUTES DE LECTURE

Lufthansa pourrait lancer des vols long courrier à bas tarif - sous un autre nom que le sien - pour faire face à la concurrence des compagnies aériennes du Golfe et des transporteurs "low cost". /Photo prise le 3 avril 2014/Kai Pfaffenbach

SEEHEIM Allemagne (Reuters) - Lufthansa a annoncé mercredi envisager de lancer des vols long-courriers à bas tarifs sous une marque distincte, dans le cadre de la stratégie de son nouveau président du directoire pour contrer l'offensive des compagnies aériennes du Golfe et des transporteurs "low cost".

Les compagnies du Golfe concurrencent la Lufthansa -auteur d'un avertissement sur ses résultats le mois dernier- sur les vols long-courriers, les compagnies "low cost" sur les vols court-courriers, tandis que le transport de fret est en plein marasme.

"Il existe des marchés où nous pensons que la marque Lufthansa est importante. Dans d'autres marchés, nous pensons que la sensibilité aux coûts est tellement forte que nous n'avons pas besoin d'une marque délivrant un service complet", a déclaré le président du directoire, Carsten Spohr.

Ce dernier, aux commandes de Lufthansa depuis mai, a expliqué que le marché du voyage touristique croissait plus vite que celui du voyage d'affaires.

Son projet vise à développer les services "low cost" du groupe en Europe et éventuellement à en développer de nouveaux sur les liaisons long-courriers.

Le groupe allemand est en discussions avancées avec Turkish Airlines en vue de créer une coentreprise, a précisé Carsten Spohr, sans toutefois exclure de se lancer seul. Si le conseil de surveillance approuve le projet, les nouveaux vols long-courriers à bas coûts pourraient démarrer d'ici la fin 2015.

Un conglomérat?

Pour Damian Brewer, analyste de RBC, Lufthansa aura du mal à rivaliser avec des compagnies spécialisées sur ce créneau, comme Condor, et avec les compagnies du Golfe s'il se lance avec des Boeing 767, dont les coûts d'exploitation sont relativement élevés.

"Nous pensons que la diversification continue du nombre de compagnies et de la stratégie, ainsi que la nature de plus en plus proche de celle d'un conglomérat que présentera le groupe (des liaisons aériennes aux services informatiques en passant par le catering, la maintenance et le fret) permettront à des compagnies plus recentrées, comme IAG ou Air France-KLM et d'autres extérieures à l'UE de lui prendre des parts de marché", a-t-il expliqué dans une note.

Lancer des liaisons long-courriers à bas coûts n'est pas facile, et rares sont les acteurs du secteur à avoir tenté l'aventure.

Ryanair a renoncé en expliquant qu'il lui faudrait inclure des sièges de première classe ou de classes affaires pour rentabiliser ses liaisons. Norwegian Air, de son côté, a suscité les critiques de ses concurrents et de ses syndicats en cherchant à réduire les équipages de certains vols long-courriers au départ de Scandinavie.

Carsten Spohr a écarté ces arguments, déclarant:" Nous avons l'expérience du long-courrier, nous savons ce qui marchera et ce qui ne marchera pas".

Lufthansa prévoit de développer ses services "low cost" européens existants dans le cadre de sa holding "Wings". La marque Germanwings est chargée des vols court courrier au sein de l'Europe, tandis qu'Eurowings a pour tâche de développer des dessertes régionales.

Germanwings affiche actuellement une base de coûts inférieure de 20% à celle de Lufthansa et celle d'Eurowings est encore 20% plus faible, a précisé le président du directoire.

Hausse limitée Des capacités Cet Hiver

"Je crois que Wings a les moyens de devenir la troisième compagnie 'low cost' point à point d'Europe", a-t-il ajouté.

Pour justifier le développement d'un service long courrier à bas tarif, il a expliqué que les trois quarts des vols intercontinentaux et 79% des vols européens étaient effectués pour des raisons privées et non pour des motifs d'affaires.

A plus court terme, pour compenser le fait que ses bénéfices n'atteindront pas ses prévisions cette année, Lufthansa prévoit de n'augmenter ses capacités que de 2% durant l'hiver, au lieu des 4% prévus initialement.

S'il a mis l'accent sur la nécessité de contrôler les coûts Carsten Spohr semble bénéficier de la part des syndicats du groupe d'un a priori favorable, alors que son prédécesseur, Christoph Franz, était très critiqué et avait dû gérer plusieurs mouvements de grève.

"Cette fois, au moins, on nous a associés au processus de décision au lieu de simplement nous annoncer les décisions et de nous demander de suivre", a dit à Reuters Ilja Schulz, du syndicat de pilotes Vereinigung Cockpit, avant la présentation de Carsten Spohr.

L'action Lufthansa a clôturé en hausse de 1,4% à 15,23 euros à la Bourse de Francfort. Elle avait cédé 3,8% mardi après l'avertissement d'Air France-KLM sur ses résultats.

Wilfrid Exbrayat et Marc Angrand pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below