Emirates finalise une commande de 150 Boeing 777XS

mercredi 9 juillet 2014 12h58
 

(Reuters) - Emirates a finalisé mercredi un contrat avec Boeing en vue de la livraison de 150 futurs 777X, version améliorée du long-courrier vedette 777 de l'avionneur américain, quelques semaines après avoir annulé une commande à Airbus.

La commande est assortie d'une option pour l'achat de 50 appareils additionnels, qui porterait la valeur du contrat à environ 75 milliards de dollars (55 milliards d'euros) au prix catalogue.

"Avec la commande de 150 777X, Emirates comptabilise 208 Boeing 777 en attente de livraison, créant et protégeant des emplois tout au long de la chaîne d'approvisionnement", a déclaré Tim Clark, le président de la compagnie basée à Dubaï.

La signature de l'accord intervient à quelques jours du Salon international de l'aéronautique de Farnborough, lors duquel Airbus et Boeing espèrent annoncer une moisson de commandes.

L'annulation surprise le 11 juin d'une commande de 70 Airbus A350 par Emirates, disant préférer le très gros porteur A380 et le Boeing 777X, a été un coup dur pour l'avionneur européen, qui reste distancé par Boeing dans la course aux commandes que se livrent les deux avionneurs.

La commande initiale d'Emirates avait été passée lors de la présentation du 777x au Salon de l'aéronautique de Dubaï en novembre dernier.

Les commandes des trois principales compagnies du Golfe, Emirates, Etihad Airways et Qatar Airways, avaient totalisé plus de 100 milliards de dollars au prix catalogue.

Qatar Airways, dont on ne sait pas si la commande de 50 exemplaires a été finalisée, n'a pas pu être joint pour obtenir des informations.

La commande ferme d'Emirates porte sur 115 appareils 777-9xs et 35 777-8xs, d'une valeur totale de 56 milliards de dollars (41 milliards d'euros) au prix catalogue.   Suite...

 
Boeing a finalisé un contrat avec Emirates en vue de la livraison de 150 futurs 777X, version améliorée du long-courrier vedette 777 de l'avionneur américain, dont la production devrait débuter en 2017 avec pour objectif une entrée en service en 2020. /Photo d'archvies/REUTERS/Ahmed Jadallah