Total prévoit de réduire son budget d'exploration

mardi 8 juillet 2014 10h48
 

par Benjamin Mallet et Michel Rose

PARIS (Reuters) - Total réduira son budget d'exploration pétrolière en 2015 et revisitera sa politique en la matière si ses forages programmés d'ici à la fin de l'année n'aboutissent pas à de grandes découvertes, a déclaré son PDG, Christophe de Margerie.

Le premier groupe français par la capitalisation boursière, qui a mis l'accent ces dernières années sur une exploration ambitieuse et risquée pour faire progresser sa production, veut désormais réduire ses investissements et ses coûts et améliorer sa génération de trésorerie.

Son budget d'exploration devrait se situer autour de 2,9 milliards d'euros en 2014 après 2,8 milliards en 2013 et reculera en 2015, a déclaré son PDG lors d'une entretien accordé à Reuters.

"On va le réduire mais, en même temps, on ne va pas l'arrêter", a dit Christophe de Margerie.

"Pour l'instant ce n'est pas un succès en termes de résultats mais il faut quand même être naturellement engagés (...). L'exploration, ça met plus de deux ans à se faire", a-t-il ajouté.

"On fait notre politique, on la rendra claire pour tout le monde ; s'il faut la changer on la fera bouger mais il ne faudra pas non plus une révolution du style 'j'arrête tout et je recommence à zéro'."

Alors que Total n'a pas trouvé en 2013 le champ géant qu'il recherchait, le groupe a programmé cette année des forages "à forts enjeux" au Brésil, en Angola, en Côte d'Ivoire et en Afrique du Sud.

Christophe de Margerie a également déclaré que des difficultés géopolitiques pourraient contrarier l'objectif de Total d'atteindre des capacités de production de trois millions de barils par jour à fin 2017 mais que l'entreprise devait avant tout être jugée sur la bonne exécution de ses grands projets.   Suite...

 
Christophe de Margerie, PDG de Total. Le groupe réduira son budget d'exploration pétrolière en 2015 et revisitera sa politique en la matière si ses forages programmés d'ici à la fin de l'année n'aboutissent pas à de grandes découvertes.  /Photo prise le 7 juillet 2014/REUTERS/Benoît Tessier