Wall Street finit en baisse, les investisseurs sur la touche

lundi 7 juillet 2014 22h23
 

par Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse lundi, rétrogradant par rapport à ses récents records, les investisseurs n'ayant pas voulu s'engager à la veille du démarrage de la période de la publication des résultats trimestriels.

Les valeurs cycliques, dont l'évolution suit de près l'évolution de la croissance, figurent parmi celles qui ont été le plus en retrait. L'indice des industrielles a perdu 0,66%. Au contraire les valeurs défensives, comme les services collectifs (+0,42%) et les télécoms (+0,27%) ont tenu bon.

Les petites capitalisations ont également sous-performé. L'indice S&P Small-Cap 600 a perdu 1,52% et l'indice Russell 2000 1,77%.

L'indice Dow Jones a laissé 44,05 points (0,26%) à 17.024,21 points. Le S&P-500 a cédé 7,79 points (0,39%) à 1.977,65 points. Le Nasdaq Composite a lâché 34,4 points (0,77%) à 4.451,53 points.

Wall Street s'est particulièrement distinguée jeudi dernier, à la veille de l'Independence Day, avec des indices S&P-500 et Dow Jones à des niveaux record en clôture, cependant que le Dow a, pour la première fois, dépassé les 17.000 points grâce à une solide statistique de l'emploi.

La tendance haussière du marché reste intacte aux yeux des professionnels mais les échanges ont été moindres en l'absence d'éléments incitatifs. Le reste de la semaine sera peut-être plus animés avec les premiers résultats de sociétés, tels ceux de l'aluminier Alcoa (-1,53%) dès mardi, ainsi que de la banque Wells Fargo (-0,94%).

"Beaucoup de pression sur cette 'saison' des résultats; il faudra une belle croissance du chiffre d'affaires pour compenser la faiblesse du premier trimestre", a commenté Oliver Pursche (Gary Goldberg Financial Services). Mais "nous n'aurons sans doute pas grand mouvement avant de voir quelques poids lourds annoncer leurs comptes".

Selon des données Thomson Reuters, les bénéfices des sociétés sont attendus en hausse de 6,2% mais les investisseurs perçoivent une chance infime qu'ils renouent avec une croissance à deux chiffres pour la première fois en près de trois ans.   Suite...

 
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS